Le Storyboard de Film Dune aux enchères

L’une des très rares copies connues du storyboard de Dune sera proposée aux enchères par Christie’s. Cette adaptation cinématographique d’Alejandro Jodorowsky du roman pionnier de la science-fiction était un projet gigantesque et jamais réalisé, réunissant Jean Giraud, également connu sous le nom de Moebius, Christopher Foss et H. R. Giger comme directeurs artistiques, Pink Floyd et Magma pour travailler sur la bande-son et mettant en vedette Salvador Dali, Mick Jagger et David Carradine. Estimation : 25 000-35 000 € (30 000-41 000 $).

Vincent Belloy, spécialiste du livre chez Christie’s : “Un artefact extraordinaire issu de l’une des adaptations cinématographiques de science-fiction les plus emblématiques – un projet voué à l’échec qui a inspiré des légions de cinéastes et de cinéphiles.”

Souvent décrite comme le “plus grand film qui n’a jamais été fait”, l’adaptation cinématographique de Dune par Alejandro Jodorowsky est l’un des projets voués à l’échec les plus célèbres de l’histoire du cinéma. Pour l’aider dans cette tâche colossale, il a réuni certains des artistes les plus talentueux de son époque.

Publié à l’origine en 1965 aux États-Unis, Dune de Frank Herbert a connu plusieurs suites et est devenu le livre de science-fiction le plus vendu de tous les temps, influençant profondément plusieurs générations.

Une adaptation cinématographique est rapidement apparue comme une suite logique – les droits ont été acquis en 1974, et le réalisateur franco-chilien Alejandro Jodorowsky a commencé à travailler sur le projet.

Pour rendre justice aux univers et aux personnages de Dune, il envisage un film qui pourrait durer entre dix et quinze heures. La préproduction est confiée à Jean Giraud, dit Moebius, cofondateur de Métal Hurlant, l’un des dessinateurs de bande dessinée les plus talentueux et les plus importants de sa génération, à Chris Foss, un illustrateur britannique qui a réalisé un grand nombre de couvertures illustrées pour des éditions de poche, notamment des livres d’Isaac Asimov et d’Edmund Cooper, et à Hans Ruedi Giger, un artiste suisse connu pour son travail à l’aérographe. Ce trio a mené la plupart des travaux préliminaires et s’est chargé de la direction artistique de l’ensemble du projet – conception des personnages, des costumes, des véhicules et des environnements.

Les groupes de rock progressif Magma et Pink Floyd ont été approchés par Jorodowsky et ont accepté d’écrire et de jouer sur certaines parties de la bande sonore originale. Le film devait mettre en vedette Salvador Dalí, Mick Jagger, Orson Welles, David Carradine et Alain Delon.

Il va sans dire qu’un projet de cette envergure nécessite un budget colossal pour voir le jour. Avec le producteur Michel Seydoux, Jorodowsky s’envole pour les Etats-Unis, afin de réunir les 5 millions de dollars nécessaires au démarrage de la production. Pour susciter l’intérêt des majors d’Hollywood, ils ont apporté plusieurs exemplaires d’un épais volume oblong. Ce livre rassemble des reproductions de dessins parmi les milliers réalisés par Moebius, Foss et Giger, dont un story board quasi complet du film, avec des dialogues en français et en anglais.

Malgré leur passion et leur soin, ils ne parviennent pas à convaincre les studios américains. Le puits financier s’est finalement tari, les obligeant à annuler tout le projet.

Mais tout cela n’a pas été vain. Selon Jorodowsky, malgré son annulation, l’ensemble du “projet a prouvé aux Américains qu’il était possible de réaliser un film de science-fiction plus grand que nature, en dehors de la rigueur scientifique de 2001 : L’Odyssée de l’espace (1968)”. Son influence est évidente dans la plupart des grands opéras spatiaux et films de science-fiction des années 1970, notamment Star Wars, de George Lucas (1977), et Alien, de Ridley Scott (1979), avec la créature éponyme conçue par Giger.

Cette influence évidente montre que malgré leur refus de financer le film, les studios ont étudié en profondeur le storyboard que leur ont apporté Jodorowsky et Seydoux. En tant que document de travail et outil promotionnel, il existe probablement moins de dix exemplaires qui ont survécu.

Moins d’une décennie après Jodorowsky, en 1984, David Lynch sort son propre film controversé, Dune. Avec la sortie de la première partie de sa propre vision, Denis Villeneuve est donc le troisième réalisateur à tenter d’adapter le roman phare de Herbert. Malgré sa conclusion abrupte et douce-amère, le travail de pionnier de Jodorowsky et de tous les artistes impliqués est l’un des projets voués à l’échec les plus fascinants de l’histoire du cinéma, et l’une des pierres angulaires de la science-fiction et de la culture pop