Custom Text
Magazine

L’histoire de Jacob Lawrence

7 février 2020
Marie

author:

L’histoire de Jacob Lawrence

“Peintre historique” serait un titre approprié, bien que Jacob Lawrence lui-même ait préféré “Expressionniste” et qu’il soit certainement le plus qualifié pour décrire son propre travail. Lawrence est l’un des peintres afro-américains les plus connus du 20e siècle, avec Romare Bearden. Bien que Lawrence soit souvent associé à la Renaissance de Harlem, ce n’est pas exact. Il a commencé à étudier l’art une demi-décennie après que la Grande Dépression ait mis fin à l’apogée de ce mouvement. On peut cependant affirmer que la Renaissance de Harlem a donné naissance aux écoles, aux enseignants et aux artistes-mentors desquels Lawrence y a plus tard appris.

Sa jeunesse

Lawrence est né le 7 septembre 1917 à Atlantic City, au New Jersey. Après une enfance marquée par une série de déménagements et la séparation de ses parents, Jacob Lawrence, sa mère et ses deux jeunes frères et sœurs s’installent à Harlem lorsque le futur peintre a 12 ans. C’est là qu’il a découvert le dessin et la peinture (sur des boîtes de carton jetées), alors qu’il suivait un programme parascolaire au centre pour enfants Utopia. Il a continué à peindre quand il le pouvait, mais il a été forcé d’abandonner l’école pour aider sa famille après que sa mère ait perdu son emploi pendant la Grande Dépression.

Son art

La chance (et la persistance du sculpteur) est intervenue pour procurer à Lawrence un travail de chevalet dans le cadre de la WPA (Works Progress Administration). Il aimait l’art, la lecture et l’histoire. Sa détermination pacifique à montrer que les Afro-Américains, eux aussi, jouent un rôle majeur dans l’histoire de l’hémisphère occidental, malgré leur absence manifeste dans l’art et la littérature, l’a amené à entreprendre sa première série importante.

1941 a été une année marquante pour Jacob Lawrence : il a franchi la barrière de la couleur lorsque son oeuvre phare, The Migration of the Negro, a été exposée à la prestigieuse Downtown Gallery, et qu’il a également épousé sa collègue peintre Gwendolyn Knight. Il a servi dans la Garde côtière américaine pendant la Seconde Guerre mondiale et est revenu à sa carrière d’artiste. Il décroche un emploi temporaire d’enseignant au Black Mountain College (en 1947) à l’invitation de Josef Albers, qui devient à la fois un influenceur et un ami.

Lawrence a passé le reste de sa vie à peindre, à enseigner et à écrire. Il est surtout connu pour ses compositions figuratives, pleines de formes simplifiées et de couleurs vives, et pour son utilisation de l’aquarelle et de la gouache. Contrairement à presque tous les autres artistes modernes ou contemporains, il a toujours travaillé en séries de tableaux, chacun ayant un thème distinct. Son influence, en tant qu’artiste visuel qui raconte la dignité, les espoirs et les luttes des Afro-Américains dans l’histoire américaine, est incalculable. Lawrence est mort le 9 juin 2000 à Seattle, Washington.

Les plus importants de ses travaux

Les plus importantes œuvres de Lawrence sont :

  • Toussaint L’Ouverture (séries), 1937-38 ;
  • Harriet Tubman (séries), 1938-39 ;
  • Frederick Douglass (séries), 1939-40 ;
  • La migration des Noirs (séries), 1941 ;
  • John Brown (séries), 1941-42.

Ses citations célèbres

Vois quelques citations célèbres de Jacob Lawrence.

  • “Je décrirais mon travail comme expressionniste. Le point de vue expressionniste consiste à mettre l’accent sur vos propres sentiments à propos de quelque chose.”
  • “Je crois qu’il est très important pour un artiste de développer une approche et une philosophie de la vie. S’il a développé cette philosophie, il ne met pas de la peinture sur la toile, il se met lui-même sur la toile.”
  • “Si parfois mes productions n’expriment pas la beauté conventionnelle, il y a toujours un effort pour exprimer la beauté universelle de la lutte continue de l’homme pour élever sa position sociale et pour ajouter une dimension à son être spirituel.”
  • “Lorsque le sujet est fort, la simplicité est la seule façon de le traiter.”
Share This