Deux des peintures du jeune Warhol ont été vendues aux enchères par sa famille. C’était le premier d’une série

Deux tableaux de jeunesse de Warhol ont été vendus mardi soir lors d’une vente aux enchères à New York par la famille du maître de l’artiste pop. Il s’agit du premier d’une série d’œuvres inconnues qui entreront sur le marché de l’art, a déclaré à l’AFP l’un des neveux de l’artiste.

L’autoportrait de 1948 “Nosepicker 1 : Why Pick on Me” où Warhol se met un doigt dans le nez – s’est vendu 491.400 dollars, frais compris, tandis que “Living Room” représentant son espace de vie situé à Pittsburgh (Pennsylvanie) a été adjugé 315.000 dollars lors d’une vente aux enchères organisée à New York par Phillips.Des prix loin des tableaux les plus chers de l’artiste comme “Shot Sage Blue Marilyn”, une peinture énigmatique de Marilyn Monroe vendue en mai pour 195 millions de dollars chez Christie’s à New York, le prix le plus élevé jamais enregistré dans des ventes aux enchères de tableaux du XXe siècle.

“Ce sont des œuvres de jeunesse de Warhol, qui est surtout connu pour ses sérigraphies”, a déclaré James Warhola, un artiste et illustrateur américain de 67 ans, fils d’Andy Warhol, le frère aîné de l’artiste (1928-1987) qui mettait ses œuvres en vente.

– Warhol étudiant –

 

“Mais ils sont très rares. Et ce sont les premiers de notre collection, qui en compte dix. Nous allons continuer à les vendre, au printemps (2023) nous en vendrons plus”, a-t-il confié à l’AFP peu après la vente, se disant satisfait de rendre des collectionneurs “heureux”.

Ces oeuvres remontent à une époque où Warhol était encore étudiant à Pittsburgh, avant de partir tenter sa chance à New York, d’abord comme artiste publicitaire.

A lire aussi  Michel-Ange en vente chez Christie's

Il percera dès les années 50 puis connaîtra la célébrité dans les années 60, grâce à des œuvres uniques explorant la société de consommation, la publicité et la notion de célébrité. L’artiste aux perruques platines et argentées, désormais emblématique de New York, était décédé en 1987.

Selon James Warhola, qui a conservé le “a” au nom de sa famille émigrée d’Europe de l’Est, les œuvres vendues mardi peuvent intéresser des collectionneurs “qui possèdent beaucoup de Warhol et veulent compléter leur collection”.

“Elles sont restées dans la famille pendant 70 ans”, mais “aucun d’entre nous” parmi les sept frères et sœurs “ne pouvait se permettre de les racheter, alors nous les avons mis aux enchères”, explique-t-il.

Les deux tableaux avaient failli être perdus. A la fin des années 70, la famille Warhola s’était fait voler sa voiture, avec les deux toiles entreposées dans le véhicule. La voiture avait finalement été retrouvée avec les tableaux indemnes, a raconté la maison d’enchères Phillips dans sa présentation.

arb-nr/ube