La collection de Jean Leymarie, l’ami des artistes, aux enchères

La collection de Jean Leymarie retrace 50 ans d’amitié avec les artistes 

Jean Leymarie ne fut jamais collectionneur. Pourtant, le 5 décembre prochain, la maison Artcurial proposera aux enchères un ensemble de 20 œuvres des plus grands artistes du XXème siècle. Parmi eux Alberto Giacometti, Joan Miró, Pablo Picasso, Zao Wou-Ki, Nicolas de Staël, Marc Chagall,  Alexander Calder…

Sous-titrée « l’Amitié, la seule Patrie », un titre emprunté d’un ouvrage d’Henri Cartier Bresson, la vente proposera aux enchères les témoignages d’une amitié réciproque entre Jean Leymarie et les talentueux artistes du XXème siècle.

Une biographie à l’image de cette collection : exceptionnelle(s)

Devenu plus jeune conservateur de musée de France à l’âge de 31 ans en prenant la direction du Musée de Grenoble, Jean Leymarie entama une brillante carrière dans le milieu de l’Art. Après avoir pris la tête du Musée national d’art moderne à Paris et dispensé des cours d’histoire aux universités de Genève et de Lausanne, il devient directeur des Etudes à l’Ecole du Louvre, puis rejoint l’Académie de France à Rome en 1978. Tout au long de sa carrière, il organise également de prestigieuses expositions et rédige de nombreuses monographies d’artistes.

Alexander CALDER, Sans titre, circa 1954, painted metal stabile sculpture, Jean Leymarie collection, estimation : 250 000 / 350 000

20 œuvres qui proposent un panorama complet de l’art du 20ème siècle

Les 20 œuvres qui seront présentées dans la vente proposent une diversité représentative de l’art du XXème siècle. L’huile sur toile de Zao Wou-Ki 17.02.71-12.05.76, estimée entre 450 000 et 650 000 € côtoie un stabile en métal « Sans Titre » d’Alexandre Calder, estimé au même montant. Un tableau de Joan Miro, « Personnage » de 1974 et estimé 250 000 / 350 000 € s’exposera aux côtés de talentueuses œuvres des frères Giacometti.

«  Il refusa parfois des toiles ou des dessins trop importants à ses yeux offerts par certains peintres ou sculpteurs »

Le catalogue de vente d’Artcurial est préfacé par les filles de l’artiste, Isabelle et Anne Leymarie, qui racontent en détail les relations d’amitié entre Jean Leymarie et ces grands artistes.

« Issu d’une famille paysanne du Lot, il découvre la peinture pendant la guerre lorsque René Huygue, chargé de veiller sur certains des trésors du Louvre cachés au château de Montal, le rencontra au village où mon père vivait alors et lui proposa un travail. Il entre comme assistant au Louvre à la Libération, rencontre, en particulier, Bonnard et Matisse, puis, en 1950, âgé de trente-et-un ans, se voit confier la direction du Musée de Grenoble, devenant le plus jeune conservateur de France. C’est à cette époque qu’il se lie d’amitié avec Pierre Reverdy, Pablo Picasso, Alberto Giacometti et Vincent Willem van Gogh, le fils de Theo, chez qui il séjourne à Laren, en Hollande. Avec l’acquisition de La Cage d’Alberto Giacometti pour le Musée de Grenoble, Jean Leymarie est le premier à faire entrer une œuvre de cet artiste dans les collections des musées de France. Professeur, à partir de 1955, d’histoire de l’art aux universités de Genève et de Lausanne, puis conservateur du Musée national d’Art moderne à Paris et directeur des études à l’École du Louvre, il succède à Balthus, en 1978, comme directeur de l’Académie de France à Rome. Tout au long de sa carrière il organisa aussi de prestigieuses expositions dont, en 1966, l’« Hommage à Picasso », présenté au Grand et au Petit Palais à Paris, et il rédigea de nombreuses monographies d’artistes, parmi lesquels Balthus, Picasso, Van Gogh, Braque, Gauguin et Zao Wou-Ki, qui font encore autorité aujourd’hui. 

 

Miró, fréquenté en Espagne et dans le sud de la France, Calder, qui le recevait avec notre mère Marie- Paule, chez lui à Saché, en Touraine, Sima, Poliakoff, de Staël, qu’il voyait à Antibes, Diego Giacometti, Balthus, qui l’accueillait dans son chalet de Rossinière, en Suisse, Chagall, avec qui il effectua un voyage en Israël lors de l’inauguration des vitraux réalisés par celui-ci pour la synagogue de l’hôpital Hadassah, Alberto et Diego Giacometti, avec lesquels il passait des heures entières, à Genève et à Paris, à discuter d’art, Zao Wou-Ki, rencontré quelques années après l’arrivée du peintre chinois en France, furent tous de fidèles amis. Notre père ne fut jamais un collectionneur. Posséder ne l’intéressait pas et par pudeur, il refusa parfois des toiles ou des dessins trop importants à ses yeux offerts par certains peintres ou sculpteurs, préférant garder des rapports libres et désintéressés avec ceux-ci. Les œuvres présentées ici, qu’il accepta néanmoins, parfois à force de persuasion, sont le reflet de la profonde affection que lui témoignèrent, ainsi qu’à notre mère, ses amis les artistes. »

Joan MIRO, Personnage, 1974, Oil on canvas, Jean Leymarie collection, estimation : 250 000 / 350 000 € 
 

ARTCURIAL – COLLECTION JEAN LEYMARIE, “L’AMITIE LA SEULE PATRIE” – 5 DECEMBRE 2016 :

http://www.artcurial.com/fr/asp/searchresults.asp?pg=1&ps=18&st=D&sale_no=3181+++

ZAO WOU-KI, 17.02.71-12.05.76, 1971-1976, oil on canvas, Jean Leymarie Collection, estimation: 450 000 / 650 000 €