Rechercher

Le revolver avec lequel Vincent Van Gogh se serait donné la mort aux enchères

  Mise à jour  - 19 juin : Le pistolet a été vendu 162 500 euros ( frais inclus ) le 19 juin à Drouot   En 1960, un fermier français a déterré un revolver à broche Lefaucheux de fabrication belge dans un champ au nord de Paris, près du village où Vincent Van Gogh a passé ses derniers jours. L'arme gravement corrodée serait celle qui aurait tué l'artiste en juillet 1890, après qu'il se soit tiré une balle dans l'estomac et ait trébuché jusqu'à son auberge où il est mort 30 heures plus tard dans sa chambre. Elle est décrite comme "l'arme la plus célèbre de l'histoire de l'art" et la semaine prochaine à Paris, elle sera mise aux enchères avec une estimation de 40.000 à 60.000 euros. La mort de Van Gogh est entourée de mystère. Il a été controversée a fait valoir qu'il a été en fait assassiné par un homme du coin, mais la théorie officielle est que Vincent a tenté de se suicider dans un champ de blé où il peignait, mais a manqué son cœur. Lorsqu'il a repris conscience, sans doute incapable de trouver le revolver pour terminer l'acte, l'artiste est retourné à l'auberge voisine avec une balle dans la cage thoracique. Quand la police a été appelée dans sa chambre le lendemain matin, il leur a dit : "Mon corps est à moi et je suis libre d'en faire ce que je veux. N'accusez personne, c'est moi qui ai voulu me suicider. Van Gogh n'a jamais possédé d'arme à feu et on croit qu'il l'a prise au propriétaire de l'Auberge Ravoux où il est resté pendant les 70 derniers jours de sa vie. Lorsque le fermier découvrit l'arme quelque 70 ans plus tard dans une position non verrouillée, il la rendit à l'ancienne auberge, qui était depuis devenue un café sous une nouvelle propriété. La fille des propriétaires du café serait propriétaire de l'arme à feu rouillée qui sera mise en vente à l'hôtel des ventes Drouot le 19 juin prochain. Il n'a été exposé qu'une seule fois, il y a plusieurs années, au Musée Van Gogh pour une exposition spéciale. Le revolver avec lequel Vincent van Gogh se serait donné la mort Revolver système Lefaucheux à broche, calibre 7 mm. 9,2 x 18,6 cm. 40.000/60.000 € Provenance : Découvert par un cultivateur vers 1960 dans le champ où Vincent van Gogh a attenté à sa vie le 27 juillet 1890, donné au propriétaire de l’auberge où l’artiste est décédé, resté dans la famille par descendance. Exposition : Amsterdam, Musée van Gogh, Aux confins de la folie, la maladie de van Gogh, du 15 juillet au 25 septembre 2016. Bibliographie : Millon Claude, Vincent van Gogh à Auvers, Editions Graphédis, Paris, 1998, p. 107. Rohan Alain, Aurait-on retrouvé l’arme du suicide ?, Editions Fargeau, Paris, février 2012, reproduit pp. 37, 38, 39, 40. Aux confins de la folie, la maladie de van Gogh, Catalogue de l’exposition, van Gogh Museum, du 15 juillet au 25 septembre 2016, Amsterdam, reproduit p. 80. Ce revolver fait l’objet d’une demande de prêt de la part du Städel Museum de Francfort-sur-le-Main pour l’exposition Making Van Gogh A German Love Story du 23 octobre 2019 au 16 février 2020.

Magnifique Miroir Line Vautrin en vente

[et_pb_section fb_built="1" _builder_version="3.23.3"][et_pb_row _builder_version="3.23.3"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="3.23.3"][et_pb_text _builder_version="3.23.3"]

 

En vente lors de la vente événement organisée par maison de vente Ivoire Troyes  le 19 juin à 14h00

Lot n°20
Estimation : 2 000 - 2 500 €

Line VAUTRIN (1913-1997). Miroir circulaire dit sorcière, modèle Chardons en résine Talosel lie-de-vin. Le pourtour à décor de pointes, le revers agrémenté d'une toile. Signé au revers, daté au crayon 1-1-60. Diamètre: 37 cm. (petits accidents et manques).

Line Vautrin a commencé à expérimenter le design et le travail du métal dès son plus jeune âge. L'exposition au processus de fabrication du métal à la fonderie de fer de son père a inspiré ses premiers dessins en bronze doré et argenté. Elle a transformé le matériau non conventionnel en objets moulés et pourchassés avec le symbolisme de sources religieuses et classiques dans un style délibérément primitif. Après un bref passage chez Elsa Schiaparelli, Vautrin développe un public fidèle à l'Exposition Internationale de Paris en 1937, et ouvre dans les années 1940 et 1950 une série de boutiques dont un atelier dans le quartier du Marais de la ville.
Dans les années 1950, Vautrin a commencé à expérimenter un nouveau type de matériau résineux appelé acétate de cellulose, qu'elle a surnommé "Talosel", un acronyme qu'elle a dérivé du terme français "acetate de cellulose élaboré en laboratoire" (acétate de cellulose soluble dans l'eau). Elle a travaillé avec le Talosel de la même manière qu'elle a utilisé le métal, en le fondant et en le transformant en formes et ornements inhabituels, donnant un résultat étrangement primitif, comme des objets médiévaux dans un trésor d'église, et pourtant totalement unique et inhabituel.

C'est à cette époque que Vautrin commence à produire ses célèbres miroirs, bagués de bronze et Talosel aux formes exubérantes. Ces miroirs s'inspirent en partie de l'art de la Grèce antique et de Byzance, de l'art médiéval et Renaissance, des formes naturelles, de la mythologie et de l'occultisme. Le processus de création des miroirs s'est déroulé en plusieurs étapes, y compris la fabrication des miroirs, leur teinte, le moulage du Talosel et l'intégration de plus petits fragments de miroir.

 

 Voir la fiche du miroir

 

[/et_pb_text][et_pb_gallery gallery_ids="6274,6275,6276" _builder_version="3.23.3"][/et_pb_gallery][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

MAURICE GARÇON – L’HOMME AUX MILLE VIES

Le 21 juin prochain la Maison de ventes Pescheteau Badin présentera aux enchères une partie de la correspondance adressée au plus célèbre avocat de l’entre-deux-guerres Maurice Garçon. Essayiste, parolier, romancier, aquarelliste, polygraphe, académicien et historien français, Maurice Garçon est surtout connu pour avoir défendu un grand nombre de causes, tant littéraires que criminelles, notamment celles de René Hardy ,Georges Arnaud et de Jean-Jacques Pauvert.

Collection Léonce Armbruster (1876-1939) 250 coiffes régionales françaises

[et_pb_section fb_built="1" admin_label="section" _builder_version="3.22.3"][et_pb_row admin_label="row" _builder_version="3.22.3" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat"][et_pb_column type="4_4" _builder_version="3.0.47"][et_pb_text admin_label="Text" _builder_version="3.22.7" background_size="initial" background_position="top_left" background_repeat="repeat"]

 Vente aux enchères samedi 25 mai 2019 à 14h 

C’est une collection tout à fait étonnante qui sera dispersée le 25 mai par IVOIRE TROYES puisqu’elle rassemble 250 coiffes des provinces françaises, réunies par Léonce Armbruster (1876-1939) , fervent apôtre du folklore et des traditions populaires. 

Avocat à la Cour d’Appel de Paris, belfortin d’origine alsacienne, Léonce Armbruster, était un véritable ambassadeur des provinces françaises. Membres de nombreuses associations et Président fondateur de La Renaissance Française en 1916, ayant pour but de répandre le français dans les provinces retrouvées d’Alsace et Lorraine, il a effectué des recherches passionnées et érudites dans toute la France. Il a réuni une énorme collection qui a compté jusqu’à 600 pièces et qui fut exposée à l’Hôtel de Ville de Versailles en 1937 et au Musée du Vauluisant de Troyes en 1963. 

Chinées chez les modistes, les antiquaires, et dans les villages pendant un quart de siècle, ces coiffes sont des petites merveilles de dentelles et de broderies, de travail pailleté ou perlé. Les coiffes figuraient dans les contrats de mariage ce qui montre leur importance dans la vie sociale. 

L’origine de ces créations provient de l’esprit de clan, du besoin de se différencier des voisins, de montrer son savoir-faire, ou de marquer sa différence dans la continuité des coutumes. 

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row _builder_version="3.22.7"][et_pb_column type="1_3" _builder_version="3.22.7"][et_pb_image src="https://mk0auctionlabnetbmb9.kinstacdn.com/wp-content/uploads/2019/05/IVOIRE-TROYES-vente-Collection-Leonce-Armbruster-25-mai-2019-3.jpg" _builder_version="3.22.7"][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type="1_3" _builder_version="3.22.7"][et_pb_image src="https://mk0auctionlabnetbmb9.kinstacdn.com/wp-content/uploads/2019/05/IVOIRE-TROYES-vente-Collection-Leonce-Armbruster-25-mai-2019-4.jpg" admin_label="Image" _builder_version="3.22.7"][/et_pb_image][/et_pb_column][et_pb_column type="1_3" _builder_version="3.22.7"][et_pb_image src="https://mk0auctionlabnetbmb9.kinstacdn.com/wp-content/uploads/2019/05/IVOIRE-TROYES-vente-Collection-Leonce-Armbruster-25-mai-2019-5.jpg" _builder_version="3.22.7"][/et_pb_image][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

{Focus vente} François Linke (1855-1946)

Le 18 mai 2019, la maison de ventes Ivoire-Troyes propose à la vente un sublime commande à la grecque de style transition en marqueterie et bronzes dorés, signé.  Estimations: 5000/8000€. C'est pour nous l'occasion de vous présenter cet artiste et artisan exceptionnel.

D’origine autrichienne, François Linke est un ébéniste français né en Bohème et plus précisément à Pankraz en 1855. Travaillant les matières depuis son plus jeune âge, il a commencé comme apprenti ébéniste dans sa ville natale à Pankraz. Après avoir travaillé à Prague, à Vienne et à Budapest, il migre vers la France et pose ses bagages à Paris en 1875. Après quelques années passées dans la capitale française à travailler pour de célèbres maisons d’ébénisterie, il crée son propre atelier 170 rue du Faubourg Saint-Antoine en 1881. Sa présence à l’Exposition Universelle de Paris en 1900 constituera un réel tremplin pour lui. Bien que sa renommée ne soit d’ores et déjà plus à faire puisqu’il devient incontournable dans la création de meubles haute gamme, cette grande Exposition Universelle confirmera davantage son talent et assoira sa réputation. A l’apogée de sa carrière, il reçoit une médaille d’or pour « Le Grand Bureau » qu’il a réalisé et qui constitue l’une des pièces maîtresses de sa collection. Cette dernière lui a permis d’être complètement encensé par la critique. Ne travaillant plus dans l’ombre des prestigieuses maisons d’ébénisterie, le confort financier qu’il doit à son succès lui permettra d’être à la tête de presque une centaine d’ouvriers au sein de son atelier. Ses bénéfices lui ont permis d’être l’heureux propriétaire de vastes et luxueux appartements situés sur la très convoitée place Vendôme. Rapidement, de nouveaux marchés vont s’ouvrir à lui. En effet, son succès ira bien au-delà des frontières puisqu’il sera prisé par de nombreux acheteurs étrangers grâce aux différentes expositions internationales auxquelles il participe régulièrement. En 1904, l’ébéniste obtient une seconde médaille d’or pour ses créations lors de l’exposition universelle de Saint-Louis et devient officier de l’instruction publique. François Linke était également présent à l’exposition de Liège en 1905 où fait partie du jury et à l’exposition franco-britannique de Londres en 1908. Suite à son travail remarquable, il reçoit la croix de la Légion d’Honneur en 1906. Par la suite, il fournira de grandes familles à travers le monde entier. A titre d’exemple, du mobilier sera expressément crée pour le roi Fouad 1erd’Egypte mais aussi pour des milliardaires tels que Raphaël De Lamar à New-York, Albina Rodriguez Patino ou encore le Comte Devoto. François Linke connaîtra un réel succès jusqu’à la seconde guerre mondiale. En parallèle, il travaille sur de nombreux projets avec le sculpteur Leon Messagé. Leur collaboration est très fructueuse et permet à François Linke de créer du mobilier d’exception qui oscillera principalement entre le style Louis XV avec le mouvement Rococo et l’Art Nouveau. Grâce à des techniques de fabrication impressionnantes, ces créations ornées de bronze mélangent volupté, élégance et singularité.

Son talent indéniable :

Au-delà de leur principale fonction somme tout classique, les meubles de Linke sont des sculptures à parts entières constitués de différentes matières. Les formes et les courbes de son mobilier sont inspirées de nombreux styles répandus dans l’Ancien Régime. Parmi ses nombreuses créations, il a notamment réalisé un piano à queue très finement travaillé, un lit en bois de violette contenant du bronze et de la soie brochée, un guéridon en acajou ou encore une table à thé faite de bois d’amarante, de marqueterie et de bronze. Il ne fait aucun doute que François Linke est l’ébéniste parisien le plus convoité de son époque. Il fait partie intégrante de l’histoire du meuble d’art dans les années 1900. La technique et la qualité des meubles qu’il a conçus sont exceptionnelles. A l’heure actuelle, son mobilier est encore très prisé par une clientèle internationale notamment américaine, russe, chinoise et moyen-orientale. Rendez-vous le 18 mai à l'Hôtel des ventes de Troyes  

Félix Schivo, ou l’ouverture au monde

Sur les peu ou prou trois cents lots que compte la dispersion de l’atelier du sculpteur et graveur Félix Schivo (1924-2006), au-delà de la quantité de travail réalisé, c’est certainement son caractère polymorphe qui intrigue le plus. De grandes statues réin- terprétées de l’univers du graveur Jacques Callot (1592-1635) côtoient des bustes aux plans serrés ; de petites terres cuites aux couleurs vives, figurant des gens de justice, voisinent avec des gravures où domine un noir profond et mystérieux ; des dessins de paysages pyrénéens ou aveyronnais dialoguent avec de grands plâtres polychromes d’animaux ou du Mime Marceau, et des céramiques craquelées.

Felix Schivo, or the opening to the world

Out of the more or less three hundred lots that count the dispersion of the workshop of the sculptor and engraver Félix Schivo (1924-2006), beyond the amount of work done, it is certainly his polymorphic character that intrigues most. Large re-terprétées statues from the universe of the engraver Jacques Callot (1592-1635) rub shoulders with busts with tight planes; Small terracottas with bright colors, appearing people of Righteousness, adjoining with engravings where dominates a deep and mysterious black; Drawings of landscapes Pyrenees or Aveyronnais dialogue with large polychromatic plasters of animals or Mime Marceau, and cracked ceramics.

Part.2 Les conseils d’AuctionLab pour bien acheter votre vin aux enchères

Un multiple cépage d’acheteurs : en salle, au téléphone, mais surtout sur internet

Concernant les acheteurs, notre investigation a révélé que finalement, la plupart des ventes durant les enchères se réalisaient en live, ou par téléphone. Plusieurs ordres d’achats sont également confiés aux études avant la vente. Les photos précises de la bouteille et de l’étiquette, ainsi que les descriptions pointilleuses sur catalogue et sur internet, permettent ces achats à distance. Un site internet est d’ailleurs entièrement consacré aux ventes aux enchères de vin : www.idealwine.com.

Des acheteurs en quête de bouteilles françaises millésimées

Les collectionneurs sont en quête de bouteilles rares et anciennes, souvent de bouteilles millésimées. En effet, les acheteurs recherchent ce que les producteurs et négociants en vin ne peuvent stocker. Cela revient trop cher à ces professionnels de stocker les vins datés de plus de 10 ans. Les acheteurs étrangers sont nombreux. Beaucoup de grands crus français de Bordeaux et Bourgogne s’envolent dans les pays anglo-saxons, mais aussi en Asie. De vieux champagnes partent aussi vers les pays nordiques européens, très amateurs de ces bouteilles millésimées.

Laissez vous griser par les enchères grâce aux conseils de notre expert en vin !

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Premier conseil : Les vins français restent encore actuellement LA référence

L’expert en vin Pascal Kuzniewski, nous a doté de quelques conseils importants avant d’enchérir. Les vins français restent encore actuellement la référence, autant pour les acheteurs français eux-mêmes que pour les étrangers. Les domaines viticoles de l’hexagone sont en effet synonyme de prestige, et sont toujours très demandés.

Deuxième conseil : « Les achats de bouteilles doivent se faire petit à petit, cet investissement demande du temps »

Le connaisseur qu’est M.Kuzniewski, travaillait auparavant dans la gestion du patrimoine. Il fait donc de nombreux parallélismes entre le domaine de la finance et celui du vin. Il conseil tout d’abord d’investir dans la diversification. Les achats de bouteilles doivent se faire petit à petit, tout en comprenant ce que l’on achète. Notre expert en vin déconseille fortement de confier une somme à quelqu’un pour qu’il investisse en votre nom. En revanche, il ne faut pas hésiter à se faire conseiller, notamment par un expert, comme l’est Pascal Kuzniewski.unknown Cet investissement demande du temps, on chiffre cela à 10/15 ans pour avoir un retour. « Pas de recette miracle ou de formule magique » quant à quelle bouteille acheter, nous confie l’expert. Il dispense des conseils adaptés selon les acheteurs, en fonction de plusieurs données. Il faut faire un algorithme juste entre l’acceptation du niveau de risque, la somme à investir et la durée de l’investissement.

Troisième conseil : Vérifier que les lots ont été expertisés par un expert reconnu et avoir des éléments sur leur provenance

En revanche, l’expert nous donne des conseils qui s’adressent à tous avant d’enchérir. Il faut déjà regarder si les lots aux enchères ont bien été expertisé par un expert reconnu et cautionné par un certain nombre de domaines viticoles. Cela donne déjà une première garantie à l’acheteur. Il faut également avoir quelques informations sur la traçabilité de la bouteille.

Quatrième conseil : ne pas hésiter à regarder la bouteille !

Par ailleurs, prendre connaissance également des conditions de stockage, de l’état de l’étiquette et du niveau du vin dans la bouteille. On n’hésite pas à s’entourer d’experts également pour éviter d’acquérir des faux. Fin connaisseur, son expérience nous permettra d’éviter les pièges d’un marché factice, qui risque malheureusement de se développer dans les prochaines années. vins290-compressor
Retour en haut de page
Le produit a été ajouté à votre panier