Rechercher

Le revolver avec lequel Vincent Van Gogh se serait donné la mort aux enchères

  Mise à jour  - 19 juin : Le pistolet a été vendu 162 500 euros ( frais inclus ) le 19 juin à Drouot   En 1960, un fermier français a déterré un revolver à broche Lefaucheux de fabrication belge dans un champ au nord de Paris, près du village où Vincent Van Gogh a passé ses derniers jours. L'arme gravement corrodée serait celle qui aurait tué l'artiste en juillet 1890, après qu'il se soit tiré une balle dans l'estomac et ait trébuché jusqu'à son auberge où il est mort 30 heures plus tard dans sa chambre. Elle est décrite comme "l'arme la plus célèbre de l'histoire de l'art" et la semaine prochaine à Paris, elle sera mise aux enchères avec une estimation de 40.000 à 60.000 euros. La mort de Van Gogh est entourée de mystère. Il a été controversée a fait valoir qu'il a été en fait assassiné par un homme du coin, mais la théorie officielle est que Vincent a tenté de se suicider dans un champ de blé où il peignait, mais a manqué son cœur. Lorsqu'il a repris conscience, sans doute incapable de trouver le revolver pour terminer l'acte, l'artiste est retourné à l'auberge voisine avec une balle dans la cage thoracique. Quand la police a été appelée dans sa chambre le lendemain matin, il leur a dit : "Mon corps est à moi et je suis libre d'en faire ce que je veux. N'accusez personne, c'est moi qui ai voulu me suicider. Van Gogh n'a jamais possédé d'arme à feu et on croit qu'il l'a prise au propriétaire de l'Auberge Ravoux où il est resté pendant les 70 derniers jours de sa vie. Lorsque le fermier découvrit l'arme quelque 70 ans plus tard dans une position non verrouillée, il la rendit à l'ancienne auberge, qui était depuis devenue un café sous une nouvelle propriété. La fille des propriétaires du café serait propriétaire de l'arme à feu rouillée qui sera mise en vente à l'hôtel des ventes Drouot le 19 juin prochain. Il n'a été exposé qu'une seule fois, il y a plusieurs années, au Musée Van Gogh pour une exposition spéciale. Le revolver avec lequel Vincent van Gogh se serait donné la mort Revolver système Lefaucheux à broche, calibre 7 mm. 9,2 x 18,6 cm. 40.000/60.000 € Provenance : Découvert par un cultivateur vers 1960 dans le champ où Vincent van Gogh a attenté à sa vie le 27 juillet 1890, donné au propriétaire de l’auberge où l’artiste est décédé, resté dans la famille par descendance. Exposition : Amsterdam, Musée van Gogh, Aux confins de la folie, la maladie de van Gogh, du 15 juillet au 25 septembre 2016. Bibliographie : Millon Claude, Vincent van Gogh à Auvers, Editions Graphédis, Paris, 1998, p. 107. Rohan Alain, Aurait-on retrouvé l’arme du suicide ?, Editions Fargeau, Paris, février 2012, reproduit pp. 37, 38, 39, 40. Aux confins de la folie, la maladie de van Gogh, Catalogue de l’exposition, van Gogh Museum, du 15 juillet au 25 septembre 2016, Amsterdam, reproduit p. 80. Ce revolver fait l’objet d’une demande de prêt de la part du Städel Museum de Francfort-sur-le-Main pour l’exposition Making Van Gogh A German Love Story du 23 octobre 2019 au 16 février 2020.
Retour en haut de page
Le produit a été ajouté à votre panier