Traits de génie : un dessin de Victor Hugo aux enchères

Dans la continuité des manifestations parisiennes consacrées au dessin, l’étude Aguttes proposera aux enchères le 27 mars, une œuvre graphique réalisée par Victor Hugo (1802-1885).

Victor Hugo, un dessinateur de talent

 

Plus connu comme homme de lettres, poète, romancier et dramaturge, Victor Hugo est aussi un dessinateur de talent. On ne recense pas moins de quatre mille œuvres dessinées de sa plume, dont des dessins, esquisses et croquis, fait à la plume, au stylo ou à l’encre.

Les œuvres dessinées par l’artiste viennent en complément de ses œuvres écrites, comme une continuité entre deux versions de sa création. « Cette magnifique imagination qui coule dans les dessins de Victor Hugo comme le mystère dans le ciel. Je parle de ses dessins à l’encre de Chine, car il est trop évident qu’en poésie notre poète est le roi des paysagistes » dira de lui Charles Baudelaire.

Un exil politique de plume et d’encre pour Victor Hugo

 

La date de création de l’encre en vente par la maison de ventes Aguttes évoque l’exil politique d’Hugo suite au coup d’Etat perpétré par Napoléon III et à la restauration de l’Empire.  « L’Hermitage (Jersey) » est dessiné en 1855, date à laquelle l’écrivain séjourne dans les îles anglo-normandes.

« Cette période correspond une production graphique abondante, les dessins hugoliens prenant des allures résolument fantastiques et mystiques, inspirés de la silhouette des côtes et de l’architecture observée sur l’archipel » est-il précisé au catalogue de vente.

De 1852 à 1855, Victor Hugo réside sur l’île de Jersey, où il choisit d’immortaliser, en la couchant sur le papier, la chapelle d’un château en ruines trônant sur le rocher de L’Ermitage dont la composition prend le nom. Elle s’inscrit dans l’esthétique et la lignée des paysages éminemment romantiques dont l’écrivain s’était imprégné dans la vallée du Rhin quelques années auparavant, ainsi que des noirs de Goya dont l’imaginaire nourrit la production de Victor Hugo. Les valeurs, les plages plus ou moins sombres structurent la feuille pour en faire une oeuvre très expressive et tourmentée.    On raconte qu’Hugo essayait régulièrement de dessiner de sa main gauche ou sans regarder la feuille de façon à essayer de laisser son inconscient dicter les grandes lignes de son oeuvre.

Une dédicace de l’artiste apporte des éléments biographiques inédits

 

L’encre présentée à l’encan porte une dédicace d’Hugo adressée au docteur Terrier, auquel il offre le dessin en 1857 afin de le remercier pour les soins qu’il administre à sa fille Adèle, victime de dépression, alors en convalescence. Ces quelques lignes ajoutent une touche intime et biographique à cette œuvre de qualité.

Conservée dans la famille depuis, cette oeuvre graphique fut présentée en 1971 lors de l’exposition « Dessins de Victor Hugo » au Musée de Victor Hugo, puis à la Maison de l’artiste. Le dessin figura également dans l’exposition « Cet immense rêve de l’océan » qui fut organisée à la Maison de Victor Hugo en 2006.

©Aguttes

 

VICTOR MARIE HUGO (1802-1885)

L’Hermitage (Jersey) 1855

Plume et lavis d’encre brune, signée et datée en bas à droite

19 x 22 cm

Estimation  : 80 000 / 120 000 €

 

AGUTTES : TABLEAUX DES XIX & XXÈME SIÈCLES – ART CONTEMPORAIN

Lundi 27 Mars 2017 14:30

Drouot  – Salle 5

http://www.aguttes.com/html/index.jsp?ordre=1&npp=20&id=79505&lng=fr&np=1