Une toile d’Ensor démasquée : « Squelette arrêtant masques »

Une oeuvre inédite en vente chez Sotheby’s

« Squelette arrêtant masques » : cette oeuvre inédite de James Ensor a été conservée au sein d’une même collection depuis près d’un siècle et apparaîtra pour la première fois sur le marché de l’art. Ce tableau magistral sera en vente le 7 décembre à Paris par la Maison de vente Sotheby’s et estimé 1 000 000 / 1 500 000 €.

 

L’influence de la ville d’Ostende dans l’oeuvre de James Ensor

James Ensor est né en 1860 dans la ville d’Ostende, en Belgique. Ce petit village de pêcheurs acquiert une certaine notoriété en 1834, lorsque le roi Léopold Ier en fait sa résidence estivale, avant de devenir au cours des décennies suivantes une station balnéaire animée et très à la mode.

C’est à Ostende que le père du peintre, James Frederic rencontre sa mère, Marie Catherine Haegheman, une petite bourgeoise locale dont la famille possède une boutique de souvenirs et de curiosités. Le magasin fait vivre la famille d’Ensor, et le futur peintre grandit dans ce décor de “coquillages, dentelles, poissons rares empaillés, vieux livres, gravures, armes, porcelaines de Chine, un fouillis inextricable d’objets hétéroclites” (lettre d’Ensor à Louis Delattre, 4 août 1898).

Masques et squelettes : une place prééminente dans l’oeuvre du peintre

Déjà présentes dans son oeuvre depuis 1883, les représentations de masques et de squelettes prennent à partir de 1887 une place prééminente. Il revisite même une partie de sa production du début des années 1880 afin de la peupler de ces motifs.

Masques et squelettes rappellent bien sûr l’étrange ambiance du magasin familial ainsi que la tradition du carnaval d’Ostende, mais ils ont également une portée symbolique. Les premiers camouflent et exacerbent une réalité que le peintre trouve trop laide et trop cruelle, tandis que les seconds pointent la vanité et l’absurdité du monde.

Peint à Ostende en 1891, ce tableau magistral et inédit, « Squelette arrêtant masques », est composé des éléments signatures de l’artiste. Considérée comme l’une des plus importantes redécouvertes de l’œuvre de l’artiste, cette huile sur toile est l’un des tableaux les plus aboutis du peintre. Il fait écho à certains chefs-d’œuvre conservés dans les plus prestigieux musées du monde. L’extraordinaire fraîcheur de ses couleurs, miraculeusement préservée, le sujet iconique mettant en scène les figures emblématiques de l’art d’Ensor et la composition modernité inouïe font de ce tableau une oeuvre magistrale.

 

http://www.sothebys.com/en/auctions/2016/art-impressionniste-et-moderne-pf1616.html?cmp=social_PF1616_twitter_art_impressionniste_111016-111016