: enchères de haut-vol pour des pilotes supersoniques

Alors que de nombreux philatélistes se rassemblent le dimanche et échangent leurs trésors, d’autres ont des collections plus étonnantes, où les clubs sont très restreints voir inexistant. À l’image de ce collectionneur qui a rassemblé objets et équipements aéronautiques, des Etats-Unis à Israel, pour faire honneur aux pilotes.

Air enchères : une collection d’aéronautique prête à décoller

« Les pilotes d’essai sont restés dans l’ombre mais ont pourtant risqué leur vie, et certains sont morts pour le progrès » nous livre le collectionneur qui considère que l’on devrait connaître leurs noms.

Comme un hommage à ces héros supersoniques, ce connaisseur en aéronautique a sélectionné avec soin équipements et pièces d’aviation militaires, pour mettre en exergue le courage des pilotes d’essai pendant la Guerre Froide. Cette collection, forte de ses 400 pièces, est proposée à la vente par Ivoire Troyes Boisseau-Pomez le samedi 17 juin 2017 à 14h.

L’étoffe des héros de la Guerre Froide

Dans le récit de la compétitivité Amérique-Russie pour conquérir la nature et surpasser l’autre, on connait le chapitre de la course à la Lune. Mais le ciel était aussi le lieu de cette lutte pacifique.

En ligne de mire des deux puissances mondiales : la vitesse, symbole de robustesse et de progrès que chacune convoitait chez l’autre.

Pour cet objectif commun, le projet initial était politique, mais l’élaboration, scientifique, et la mise en test, militaire. Dans ces oiseaux de métal prenaient place des pilotes-d’essai, dont le rôle consistait à faire voler l’avion avant sa certification. 

Témoin de cette course serrée et d’un contexte tendu, la collection dispersée à Troyes présente des tenues complètes de pilotes s’étant mis en danger pour leur patrie. Ainsi, passera sous le marteau de Léonard Pomez la tenue d’un pilote de mirage 2000 composée d’un casque Gueneau 458, d’une combinaison de survie et d’un gilet anti-G.

C’est en 1947, pendant la Guerre Froide, que le mur du son est franchi par la première fois par l’américain Chuck Yeager,  volant  à bord d’un avion dessiné à partir d’une balle d’armement supersonique.

Tenue complète de pilote de Mirage 2000

 

 

Parmi les 80 casques de la collection, certains dévoilent le second objectif de la compétition aéronautique : la hauteur. Afin d’être indétectable par l’opposant, les avions  devaient voler à un altitude proche de la stratosphère. Quatre casques agencés de système d’oxygène, de dégivrage et de communication permettaient d’entrer dans cette couche atmosphérique. Comptez 1800/2000€ pour acquérir l’un d’autre eux.

Certains n’ont pas volé, mais leur rareté sur le marché risque de faire des émules. C’est le cas d’un prototype français pour pilote de chasse ou d’un casque gentex DH 5 3 édité à 100 exemplaires. 

Caque stratosphérique.

Le Salon du Bourget dédié aux nouvelles technologies de l’aéronautique fête sa 52ème édition. Rendez-vous du 19 au 25 juin !

Les sièges éjectables de Martin-Baker qui ne trouvaient pas preneur pendant la seconde guerre mondiale furent vite intégrés dans les avions occidentaux pendant la Guerre Froide. La raison : une vitesse toujours plus élevée qui entrainait un système de secours plus élaboré qu’un saut dans le vide. Plus élaboré, mais pas moins dangereux, le collectionneur nous confie « on considérait qu’au bout de trois éjections, le pilote n’avait plus de colonne vertébrale ».

Exposition : Vendredi 16 juin de 14h à 19h / Samedi 17 juin de 10h à 12h

Vente aux enchères : Samedi 17 juin à 14h à l’Hôtel des ventes de Troyes.

Retrouvez le catalogue de vente ICI