Custom Text
Actualités

Milo MANARA et Hugo PRATT: Nouvel espace

21 février 2020
Damien

author:

Milo MANARA et Hugo PRATT: Nouvel espace

Le 5 mars prochain, Huberty & Breyne inaugure à Paris un nouvel espace d’exposition de 150 m2 dédié aux arts de la Bande Dessinée, au 36 avenue Matignon dans le 8e arrondissement de Paris. À l’occasion de son ouverture, Huberty & Breyne réunit Milo Manara (né en 1945) et Hugo Pratt (1927-1995).

Entre les deux artistes il y avait l’amitié, le dessin, les femmes et le goût de l’aventure mais aucune exposition ne les avait jusqu’ici rassemblés. Alain Huberty et Marc Breyne ont choisi de mettre en évidence les univers graphiques des deux maestros ainsi que leur collaboration commune à travers un accrochage pertinent constitué de plus de cinquante œuvres. Le parcours propose une sélection de planches originales des albums mythiques co-écrits par Pratt et Manara : Un été indien (1983) et El Gaucho (1995), ainsi qu’une trentaine de dessins et d’illustrations inédits d’Hugo Pratt, conservés jusqu’ici dans une collection privée. À l’occasion de cette exposition, Milo Manara signe de grandes aquarelles et toiles en hommage aux héros et héroïnes imaginés par son ami Hugo Pratt.

MILO MANARA ET HUGO PRATT INAUGURENT LA NOUVELLE GALERIE HUBERTY & BREYNE, AVENUE MATIGNON À PARIS

Présente à Bruxelles depuis 1994, Huberty & Breyne s’était implantée en 2008 dans le 1er arrondissement de Paris, à deux pas du Musée du Louvre. Durant une décennie sa programmation a toujours eu pour ambition de promouvoir le 9ème art et de rendre compte de la richesse de ce médium artistique. Alors que la France célèbre en 2020 la Bande Dessinée, Huberty & Breyne poursuit dans ce nouveau lieu, la promotion et la valo- risation de la Bande Dessinée.

« Au cours de ces trente dernières années, notre métier et nos projets n’ont cessé d’évoluer. Après avoir inauguré une nouvelle galerie de 1.000 m2
à Bruxelles en 2018, il nous semblait indispensable de pouvoir proposer aux artistes un espace qui leur offre une plus grande visibilité. Avoir un lieu dans le 8e arrondissement de Paris, à deux pas des maisons de ventes et des grandes galeries d’art contemporain est pour nous une nouvelle étape, y compris celle d’inscrire la Bande Dessinée dans le paysage de l’art contemporain. »

Alain Huberty & Marc Breyne

Un été indien – Planche 59 – Strip 2 et 3

Encre de Chine sur papier, 39,5 x 45,5 cm, 1987

Un été indien Technique mixte sur papier, 37 x 26 cm

« Au départ, c’était juste de l’amitié. C’est longtemps après que l’on a commencé à travailler ensemble. […] Il avait des scénarios qu’il voulait dessiner lui-même, mais il s’est rendu compte qu’il n’avait pas le temps de tout faire. Il m’a donc proposé le premier scénario, “Un été indien” en 1983 ; puis le deuxième “El Gaucho”, en 1995. Nous avions l’intention de continuer, mais en 1995 il est mort. Nous avions presque vingt ans d’écart, mais il fut pour moi comme un père ou un frère. »

Milo Manara

MILO MANARA ET HUGO PRATT, UNE HISTOIRE D’AMITIÉ

Milo Manara fait la rencontre d’Hugo Pratt en 1970 au festival de la Bande Dessinée de Lucca, en Italie. Alors âgé de 25 ans, Manara publie des “fumetti” pour financer ses études d’architecture à Venise.

« Comme nous avions tous les deux vécu à Venise, on s’est parlé dans notre dialecte. Hugo Pratt n’avait pas le permis de conduire, alors j’ai commencé par lui servir de chauffeur. Je l’accompagnais partout, de festival en festival, de Lisbonne à Barcelone. C’était un homme d’une liberté totale. » se souvient Manara.

Libre et impétueux, le caractère d’Hugo Pratt fascine Milo Manara de 18 ans son cadet. Il le fascine au point de créer son double de papier dans sa première bande dessinée HP et Giuseppe Bergman publiée en 1980. L’album, premier d’une série, met en scène Giuseppe, un anti-héros lassé par l’étroitesse de sa vie et qui rêve désespérément de vivre libre et sans entraves. Il décide alors de tout plaquer pour vivre la grande Aventure. Sa première étape le conduit à Venise à la recherche de son maître d’aventure, un certain HP. Derrière ces deux initiales on reconnait aisément celle de l’ami et mentor Hugo Pratt. Au fil des quatre albums publiés entre 1980 et 1998, HP sert de guide à Giuseppe et Hugo Pratt de maître à Manara.

El Gaucho – Planche 40 Encre de Chine sur papier, 62,5 x 48 cm, 1995

El Gaucho Aquarelle et encre de Chine sur papier, 61 x 46 cm, 2019

MANARA, PRATT ET LES FEMMES

Dès 1980 et les Aventures de Giuseppe Bergman, Manara fait de l’érotisme sa marque de fabrique. Quatre ans plus tard, il signe son plus gros succès : le Déclic. En pleine révolution sexuel l’album fait l’effet d’une bombe. S’en suivent Le Parfum de l’invisible (1986), Candide Caméra (1990) et tant d’albums qui hissent le dessinateur au rang de maître de l’érotisme. Courbes vertigineuses, silhouettes élancées, jambes interminables, chacun des modèles de Manara flirte avec la perfection. Tour à tour femmes fatales, sensibles, insolentes, ou aguicheuses, ses héroïnes brillent d’élégance et de sensualité.

« L’érotisme m’a toujours intéressé, fasciné. […] Ma théorie reposait sur le fait que si on appréhendait la sexualité dans sa dimension récréative, et non plus reproductive, elle devenait déterminante pour la libération de la femme mais aussi de la société en général. L’érotisme a toujours eu cet aspect-là à mes yeux. »

Milo Manara

Hugo Pratt donne naissance au célèbre personnage de Corto Maltese en 1967. Au fil des douze albums publiés entre 1967 et 1991, les multiples facettes de la personnalité de Corto se dessinent : insaisissable aventurier mysté- rieux, romantique et anarchiste, libertaire et séducteur, lucide et ironique. Les femmes sont les figures tutélaires du récit et émaillent chacune des aventures du marin maltais. Elles sont indépendantes, déterminées, souvent dangereuses, toujours envoûtantes. Elles s’appellent Pandora, Bouche Dorée, Soledad, Banshee, Changaï Li, Marina Seminova, ou encore Venexiana. Ces héroïnes de papier comptent parmi les plus marquantes de toute l’histoire de la Bande Dessinée.

Il y avait chez Pratt une véritable fascination pour la figure féminine. Source inépuisable d’inspiration, il les croque sur le papier, indépendamment de ses albums de Corto Maltese. Des femmes rêvées ou réellement rencontrées, aux jeunes filles croisées sur des îles lointaines en passant par les figures emblématiques de la littérature et du cinéma.

Milo MANARA | Hugo PRATT Exposition

du vendredi 6 mars au samedi 4 avril 2020

36 avenue Matignon 75008 Paris

crédits Huberty & Breyne

Share This