Une oeuvre de Gustave Caillebotte aux enchères

Caillebotte enchères auctionlab montmorency

Le 20 juin, la «  Vue du Petit-Gennevilliers depuis le « Fossé de l’Aumône » de Gustave Caillebotte, passera sous le marteau de Maître Valerie Régis. Ce précieux trésor est estimé 200 000 / 300 000€.

Retour sur la vie de Gustave Caillebotte, homme aux multiples facettes, et sur son oeuvre, reflet de ses passions.

Héritier d’un père qui a fait fortune en vendant des draps aux armées napoléoniennes, Gustave Caillebotte n’a pas besoin de travailler, ou de vendre ses oeuvres pour vivre.

De son temps libre, l’homme se passionne pour mille choses, oeuvrant pour la citoyenneté, il se fera aussi constructeur naval et jardinier. Mais, c’est finalement l’artiste que l’on connait. Délaissé après sa mort, son talent est aujourd’hui connu et reconnu.

Gustave Caillebotte et le courant impressionniste

Sans Gustave Caillebotte, l’impressionnisme n’aurait surement pas eu l’envergure qu’on lui connait aujourd’hui. Peignant pour le plaisir, ce dernier ne se met pas sur le devant de la scène artistique, mais voit en d’autres peintres de réels talents qui méritent d’être mis en lumière.

Oeuvrant pour cette cause, il devient le mécène de ses amis et artistes tels que Degas, Monet ou Renoir, auprès duquel il achète « le Bal du Moulin de la Galette » aujourd’hui au Musée d’Orsay. Toujours dans la même optique, il co-organise les salons impressionnistes, où il expose par la suite.

Sur l’eau ou au vert, les passions de l’artiste

Membre du « Cercle de Voile de Paris » d’Argenteuil, il se passionne pour les régates et le sport nautique. Peut-être est-ce ses amis impressionnistes qui l’y poussent? En tous les cas on croise là-bas Manet, Sisley, et Monet, à qui Gustave Caillebotte achète le tableau « les régates à Argenteuil », également au Musée d’Orsay.

Souhaitant se rapprocher du bassin d’Argenteuil, il acquiert, vers 1880, une maison au Petit-Gennevilliers.

Dans ce lieu verdoyant, Gustave Caillebotte admire fleurs et paysages. Sa grande propriété lui permet de se livrer au jardinage, pour lequel on lui reconnait un certain talent. Claude Monet lui demanderait même conseil pour son jardin de Giverny.

La peinture de Gustave Caillebotte

Notre toile « Vue du Petit-Gennevilliers depuis le « Fossé de l’Aumône », est toute à fait représentative des productions de l’artiste.

Le lieu de réalisation de la toile nous apprend qu’il est non loin de sa nouvelle maison, proche des régates d’Argenteuil, et donc, qu’il côtoie déjà quotidiennement les grands impressionnistes.

Sa palette reste très réaliste quoi que ce tableau soit plus proche des effets de touches et de couleurs de l’impressionnisme.

À une époque où se développe la photographie, Gustave Caillebotte empreinte certains éléments à ce nouveau médium, comme le cadrage. La perspective décentrée et la ligne d’horizon remontée  donne un effet de « plongée », dont il est l’initiateur en peinture. Cette caractéristique se retrouve d’ailleurs dans le paysage proposé à la vente par l’Hôtel des Ventes de la Vallée de Montmorency.

Notre peinture retrace un bout d’histoire de l’artiste, dans ce paysage verdoyant et arboré, on doit lire sa passion pour la navigation, qu’il assouvit non loin d’ici. C’est là-bas, au « Cercle de la Voile de Paris »  qu’il rencontre Edmond B. avec qui il se lie d’amitié. A l’occasion du mariage de ce dernier, Gustave Caillebotte lui offre cette toile. Transmise de génération en génération, c’est donc une oeuvre inédite, jamais dévoilée au public, que l’Hôtel des ventes propose de découvrir. Rendez-vous le 20 juin! 

Vente le 20 juin à 14h15 à l’Hôtel des ventes de la Vallée de Montmorency. 

GUSTAVE CAILLEBOTTE (1848-1894), Vue du Petit Gennevilliers depuis le « Fossé de l’Aumône », Vers 1889, Huile sur toile Signé en bas à droite : G. CAILLEBOTTE H : 73 cm – 28’’5/8 in. L : 60 cm.