Rechercher

Qui est Pierre Chapo?

Pierre Chapo (1927-1987) est un artiste remarquable du XXe siècle. Peu connu du grand public, son travail exceptionnel du bois et sa redéfinition de l’ébénisterie et du design artisanal lui garantissent néanmoins d’être très bien mis en avant dans des ventes d’exception en Europe et en Amérique. Les prix de ses pièces de mobilier sont en hausse très nette dans les ventes aux enchères, aux côtés de grands designers comme Jo Colombo. De plus, le fils de Pierre Chapo, Fidel, a décidé de relancer au compte-goutte la production des meubles à Gordes d’après les dessins de son père, ce qui attise l’intérêt des collectionneurs.

Sa vie

Pierre Chapo est né le 23 juillet 1927 à Paris, dans le quartier de Belleville du XIXe arrondissement. Il grandit dans une famille d’artisans. Dix ans plus tard, sa famille déménage dans le Cher, à Vierzon. Chapo a déjà une sensibilité artistique, tournée vers la peinture, mais à 20 ans il rencontre un charpentier de marine, Perrot, qui lui fait découvrir le travail du bois. Ce medium le séduit. Il décide de s’inscrire à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts et se spécialise en architecture. Il voyage beaucoup : en Suède, en Finlande, en Angleterre, en Allemagne, en Amérique centrale, au Mexique, en Arizona, au Canada… Une fois de retour en France, il ouvre son atelier à Clamart, dans la banlieue de Paris. Il y travaille le bois, en particulier l’orme, le frêne, et le chêne. Il y fabrique ses premiers meubles seul. Son travail montre son intérêt pour le savoir-faire traditionnel, qu’il mêle à des influences du design contemporain.

Boulevard de l’hôpital, dans le Ve arrondissement, il ouvre avec sa femme Nicole Lormier (elle-même artiste) la galerie Pierre Chapo. Il y côtoie de nombreuses personnalités, comme Samuel Beckett qui lui commande un lit simple. C’est le fameux lit Godot. Ses propres œuvres sont exposées, ainsi que celles d’autres artistes comme Isamu Noguchi. Des objets de décoration, de la vaisselle, des luminaires, des pièces de design scandinave, jouxtent ses propres meubles.

En 1960, son travail est reconnu. A l’occasion de l’exposition Arts et Techniques de l’Artisanat, la ville de Paris lui offre la médaille d’or. Sept ans plus tard, au Salon des artistes décorateurs, il reçoit la médaille de bronze de la part de la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie. A Clamart, son atelier s’est largement développé grâce à de nombreux projets importants. En 1967, il crée un deuxième pôle d’activité à Gordes où il ouvre une usine pour fabriquer les meubles qu’il dessine. Il s’intéresse au marché européen, entretenant des débouchés à Bruxelles. Trois ateliers ouvrent dans les Vosges, au plus près de la production de bois.

Jusqu’à sa mort en janvier 1987, Pierre Chapo s’impose comme une autorité dans son domaine et parcourt l’Europe pour donner de très nombreuses conférences sur l’artisanat et le travail du bois.

Ses influences

Les œuvres de Pierre Chapo réfléchissent le dialogue entre tradition et modernité, artisanat et design. En cela, il hérite d’une pensée importante dans la première moitié du XXe siècle. Cette réflexion avait été préparée en profondeur dans la seconde moitié du XIXe siècle par des designers et penseurs comme William Morris, qui étaient parvenus à rendre ses lettres de noblesse à l’artisanat traditionnel. Des artistes comme Frank Lloyd Wright, qui a été une grande source d’inspiration pour Chapo, ont permis de faire la transition du Arts and Craft à la modernité. Dans les années 1930, en France, les matières naturelles ont été mises en valeur par Charlotte Perriand notamment, qui apprécie travailler le bois paillé, ou Louis Sognot, expert du rotin. Pierre Chapo a donc entamé sa carrière artistique à la confluence de plusieurs pensées : une qui souligne l’importance de la tradition, de l’artisanat, et une qui privilégie leur relecture moderniste, ainsi que la pensée d’une primauté des matériaux naturels, authentiques, vrais.

Chapo a eu l’occasion de travailler avec Charlotte Perriand. Leurs styles sont souvent confondus, et certains objets peuvent être vendus comme « style Perriand ou Chapo ». Il travaille avec elle à l’ameublement de la station de ski des Arcs.

Ses meubles se rapprochent également du travail de le Corbusier, puisqu’ils présentent la caractéristique d’être modulaires. Ils peuvent être utilisés ensemble, parfois même combinés. Par exemple, la commode R19A peut être un montant latéral pour le bureau B19.

Ses réalisations

Certains meubles de Chapo sont complémentaires. Par exemple, le bureau B02, avec un grand tiroir, présente le même assemblage ingénieux que la chaise S11, que les différents meubles B10, ou que le lit L03. Ils s’accordent parfaitement dans une chambre, en proposant la même union authentique du cuir et de l’orme massif.

Pierre Chapo a conçu de nombreuses autres tables. La T01 est une table à repas rectangulaire, aux proportions droites et vraies. La T02 est ronde et modulable : il suffit d’ajouter ou d’enlever des pieds cylindriques pour obtenir une table basse ou une table normale en fonction des besoins.

Ses canapés et banquettes sont particulièrement confortables et présentent un travail des proportions et des matières très poussé. Le canapé S22 par exemple mêle le cuir rembourré de l’assise à l’orme massif, conférant au meuble une grande noblesse.

Le confort est une thématique importante dans l’oeuvre de Chapo. Le S23 est un fauteuil de jardin sur trépied, qui allie le bois et le cuir (ou la toile) dans la recherche d’un confort réel et d’un style sincère. Ce désir de simplicité et de solidité se retrouve dans la plupart des meubles de Chapo. Dans les années 1960, la chaise S24 est très rustique, authentique. Les vis sont apparentes et valorisent ces matériaux naturels que sont l’orme massif et le cuir. Ses formes sont triangulaires de profil, modernistes, et un soin particulier est apporté à l’assemblage des éléments.

Il apporte des innovations techniques, notamment avec la table TGV ou Table à Géométrie Variable, pour laquelle il utilise le système de l’étrier coinceur. Cela lui permet de glisser un panneau dans un cadre sans démonter le bâti. Cette table a l’intérêt de s’allonger jusqu’à 225 cm. Il introduit également le système du pied en faisceau démontable, notamment pour la table T21 Sfax ronde, ou pour la T27 carrée. En 1979, il invente le système Chlacc, « une construction homogène lamellée assemblée collée clouée », qu’on retrouve dans la fameuse chaise en orme S45.

Ses créations reviennent aux formes essentielles du meuble, via un matériau essentiel : le bois. Celui-ci n’est pas caché, il est mis en valeur, travaillé, pour retrouver toute sa noblesse originelle et reconnecter l’homme avec son mobilier.

Bibliographie

En 2017, la galerie Magen de New York expose des œuvres de Pierre Chapo. Elle édite à cette occasion un ouvrage très complet.

Si un lot ou un modèle vous intéresse parmi les meubles en vente, notez que vous pouvez demander son estimation et un devis de livraison.

Charger plus
You're viewed 12 of 18 products
Retour en haut de page
Le produit a été ajouté à votre panier