Contactez-nous du lundi au vendredi de 9:30 AM à 6:30 PM UTC (Paris - France) au + 33 (0)7 57 83 20 12

Paul Ami Bonifas est un citoyen suisse qui est né à Genève, en 1893. Tout en étudiant les métiers de bijoutier et de graveur avec son père, il a également suivi une formation artistique à l’école des Beaux-Arts de Genève (de 1910 à 1913). Il étudie également la chimie et la minéralogie, et complète sa formation à l’école suisse de céramique de Chavannes-pres-Renens.

Il n’a que 21 ans lorsqu’il ouvre son premier atelier de céramique à Versoix en Suisse en 1915. Alice Sordet est son assistante, qu’il épouse en 1917. Il travaille principalement le grès et produit pendant la Seconde Guerre mondiale divers bibelots, ainsi que des objets en faïence sous le nom de Floreor.

Après l’incendie de décembre 1919, il est contraint de quitter son atelier et de se rendre à Paris pour travailler pendant huit mois chez Achille Boch & Cie. Cette manufacture de porcelaine à l’ancienne, dans laquelle il avait travaillé, était une manufacture de porcelaine. L’idée du travail ne le satisfait pas.
Il est l’ami de Jean Cocteau, un jeune artiste français.
Il est le secrétaire de la revue L’esprit nouveau, fondée par Le Corbusier et Amédée Ozenfant en 1921. Elle est publiée chaque année depuis 1922.

Son expérience dans le monde industriel et ses rencontres décisives lui ont appris la valeur de l’artiste dans une société moderne et mécanisée. Il a une vision artistique moderniste qui lui permettra de se débarrasser de l’ornementation excessive.

Paul Bonifas attirera l’attention sur les deux grandes tendances de son métier : l’objet unique, son côté luxueux, ainsi que l’objet qui fait partie d’une série (petite série mécanisée).

Paul Bonifas est le frère suisse de Berguer. Il reprend l’atelier de poterie Fernay-Voltaire en 1922 près de la frontière genevoise. Son objectif était de transformer l’artisanat en un atelier automatisé capable de produire de l’Art déco ou du Design de luxe. Il soutenait également l’idée d’un “luxe abordable”.

Parallèlement à ses recherches personnelles, il poursuit également une production traditionnelle. En 1931, la faïence émaillée d’inspiration savoyarde laisse place à des pièces raffinées et sculpturales.
Le travail des Bonifas s’inspire de la Chine et de la Grèce antique. Ses créations reflètent les influences de l’époque, notamment le grès japonais et le Japon.

Il créait des pièces stylisées. Celles-ci étaient généralement géométriques et recouvertes de glaçures monochromes craquelées, ou de glaçures lustrées noires. Ses céramiques noires, qu’il présente au Salon d’Automne 1927, ont un impact énorme.

La production de masse peut être obtenue par le façonnage mécanique (moulage) et le calibrage.

Il obtient un prix à Genève en 1926 et il est présent à l’Exposition internationale des arts et techniques de 1937. Il est également membre de l’Association Suisse Romande de l’Art et de l’Industrie et membre du jury du Salon des Arts Décoratifs (1925).

Tout au long de sa carrière, les œuvres de Paul Ami Bonifas ont été exposées dans de nombreuses manifestations internationales et européennes.
Ses œuvres font partie des collections de nombreux musées : États-Unis : Seattle Art Museum ; Suisse : Musée Ariana de Genève ; Musée des Beaux-Arts de Zurich ; Neuchâtel ; Lausanne. Portugal : Museu Nacional do Azulejo de Lisbonne. France : Musée Galliera ; Musée des Arts Décoratifs. Musée d’Art Moderne de Paris. Conservation départementale des musées de Bourg-en-en-Bresse.

Retour en haut de page