Un lot historique dans une vente aux enchères impériale 

La Famille Royale de France, la Révolution et le Premier Empire sont à l’honneur chez Coutau-Bégarie le 7 novembre. Certains lots proviennent de la collection de Jean-Abram Noverraz, dernier valet de chambre de Napoléon Bonaparte, parmi ceux là un émouvant -et funèbre- objet qui dévoile l’homme sous l’impérial bicorne …

« Heure de la mort : 17h49 » 

Le 5 mai 1821, à 17h49, disparait Napoléon Ier. Prisonnier de l’île Sainte-Hélène depuis 1815 à la suite de sa deuxième abdication, l’Empereur tombe gravement malade. On fait appel à François Antommarchi pour tenter de le guérir, mais le jeune docteur voit mourir Napoléon. Des empreintes funéraires de son visage sont alors réalisées pour immortaliser les traits enfin sereins de Napoleone Bonaparte.

Mort de Napoléon masque mortuaire enchères Coutau-Bégarie

Mort de Napoléon (1829),Charles de Steuben, Arenenberg, Napoleonmuseum.

Comment ce masque a-t-il été réalisé ?

C’est suite à une autopsie qui doit prévenir d’une maladie le fils de Napoléon que les Docteurs Burton et Antommarchi réalisent plusieurs empreintes en plâtre du visage de l’Empereur. À partir de ces dernières, Antommarchi moule ce masque en cire sur lequel on trouve d’ailleurs des traces de plâtre. Les plâtres ayant été détruits, le masque proposé aux enchères pour 150 000/ 250 000€ est très vraisemblablement l’unique empreinte en cire du masque de Napoléon Ier.

Peu de place est laissé au doute, c’est bien le visage de l’Empereur : les enquêtes scientifiques et historiques le confirment.

Un provenance d’exception : la collection du dernier fidèle de Napoléon

Le masque est signé Antommarchi, médecin de l’Empereur, et a été retrouvé dans la collection riche de reliques napoléoniennes de Jean-Abram Noverraz, fidèle valet de Bonaparte. L’héritier de la collection, le neveu de Noverraz écrit un jour «  les deux épingles qui tiennent l’étoffe placée par Noverraz autour du masque sont de même provenance, de même fabrication, et de même époque que les épingles fixées au morceau d’étoffe que nous possédons du canapé sur lequel Napoléon fut mis au monde à Ajaccio. »

Et l'étoffe ?

Selon la tradition familiale, l’étoffe rouge encadrant le cou de Napoléon proviendrait d’une redingote de l’Empereur

 

 

Les véritables poils de Napoléon Ier

Masque mortuaire de Napoléon aux enchères Coutau Bégarie

Masque mortuaire en cire de Napoléon Ier privenant de Jean-Abram Noverraz (1790-1849), valet de l’Empereur à Ste Hélène, estimation 150 000/ 250 000 €

On distingue sur ce funèbre souvenir, de nombreux poils de barbe, des cils, ainsi que des cheveux à la base des tempes. « J’ai coupé moi-même sur la tête à Ste Hélène le lendemain de sa mort le 6 mai 1821 », explique, à propos des cheveux, le valet Noverraz qui a effectué la toilette mortuaire de Napoléon.

Les échantillons présents sur le masque ont été comparés aux mèches conservées de Napoléon et les analyses confirment qu’il s’agit du même ADN. 

Impériale par sa nature, auguste par son origine, cette pièce exceptionnelle est une sinistre relique de l’Histoire de France qui fera frémir les enchérisseurs le 7 novembre.

Vente aux enchères le Mardi 07 Novembre 2017 11:00. Salle 4 – Drouot-Richelieu, 9, rue Drouot 75009 Paris par Coutau-Bégarie

Expositions : Lundi 6 novembre de 11h00 à 18h00 ; Mardi 7 novembre de 11h00 à 18h00 ; Mercredi 8 novembre de 11h00 à 12h00