Les slogans « Sous les pavés, la plage » et «  il est interdit d’interdire » résonne encore, 50 ans après mai 68. Le plus grand mouvement populaire du XXeme siècle, initié par des étudiants contestataires, rejoints par des ouvriers fatigués, a sculpté la France d’aujourd’hui. Artcurial célèbre cet élan libertaire avec une vente aux enchères de 500 affiches provenant de la collection de Laurent Storch, ancien Président de TFI Films Productions

Mai 68 : les affiches au service des barricades

Les étudiants, de plus en plus nombreux sur les bancs des universités descendent dans la rue s’insurger des conditions d’étude et de l’enseignement traditionnel. Bientôt les Beaux-Arts deviennent le lieu de création d’affiches, dont certaines sont proposées aux enchères le 13 mars. 

 

"SOUS LES PAVÉS, LA PLAGE"

Au moment où les premières barricades s’élèvent, les étudiants découvrent que les pierres sont posées sur un lit de sable. La phrase fait ensuite écho au désir de liberté des manifestants.

Chacune d’entre elles délivre un message sur les revendications des manifestants. Très souvent anonymes, car oeuvres collectives, elle sont portées par une seule voix : celle de la rue.

Retour en images sur ce mois emblématique. 

La violence policière

Début mai, les étudiants manifestant à la Sorbonne sont dispersés par les CRS qui arrêtent 500 d’entre eux. La manifestation prend alors des airs de révolte contre le pouvoir en place : barricades et pavés affrontent les matraques et gaz lacrymogènes.

Cette affiche d’un CRS brandissant son arme illustre la répression sévère de la police, accentuée par l’inscription SS, qui fait référence à un régime totalitaire bien connu. Une affiche estimée entre 300 et 600 €

Dans la même lignée, après l’arrivée de la Police aux Beaux-Arts pour déloger les étudiants, le visuel «  La police s’affiche aux beaux arts, les beaux arts affichent dans la rue » est réalisée. (Estimation 400-800€)

police s'affiche aux beaux art affiche mai 68 encheres

« La police s’affiche aux Beaux-Arts, les Beaux-Arts affichent dans la rue ». 27 juin 1968. Estimation 400 – 800 €

crs ss affiche enchères

« CRS, le flic à la matraque » 19 mai 1968. EStimation 300-600€

crs affiche 1968

« CRS, le flic à la matraque ». Estimation 300-600€

Le droit de vote à 21 ans

La vente aux enchères du 13 mars nous replonge en 1968, époque à laquelle voter n’était possible qu’à partir de 21 ans. Ces deux affiches portent le symbole d’une jeunesse qui se sent censurée par le gouvernement De Gaulle. Sur l’affiche  « sois jeune et tais toi », la silhouette du Président de la République empêche de s’exprimer un jeune citoyen.

La seconde affiche, estimée entre 600 et 1200 € prouve que pour ces jeunes citoyens n’ayant pas accès aux urnes, la seule manière de s’exprimer et de descendre dans la rue.

affiche révolte mai 68 encheres

affiche « moins de 21 ans voici votre bulletin de vote ». 13 juin 1968/ Estimation 600 – 1200€

sois jeune et tais toi vente aux enchères

Affiche « Sois jeune et tais-toi ». 12 juin 1968. Estimation 600-1200€

Daniel Cohn Bendit

Le 13 mars, Artcurial présentera une rare affiche estimée 2500-5000€. Cette dernière proclame « Nous sommes tous des juifs et des allemands » et fait référence à l’affaire Daniel Cohn-Bendit. 

Né de parents allemands et d’une mère juive, il prend part au mouvement de mai 68 en tant que leader anarchiste. L’expression « l’anarchiste allemand Cohn-Bendit » utilisait par les politiques sonne aux oreilles des étudiants comme « le juif allemand ». Celui-là même qui est dit « indésirable » en France et refoulé aux frontières.

En signe de protestation, cette affiche est réalisée. Présentée aux enchères, la première version « nous sommes tous des juifs et des allemands », fait débat au sein de la communauté étudiante et sera transformé en « nous sommes tous indésirables ».

nous sommes tous indésirables enchères artcurial

« Nous sommes tous indésirables ». 22 mai 1968. Estimation 600-1200€

juifs allemands affiche enchères

« Nous sommes tous des juifs et des Allemands » . 22 mai 1968 / estimation 2500-5000€

Les artistes soutiennent le mouvement de mai 68

Bien que la plupart des affiches de mai 68  ont été réalisées par les étudiants des Beaux-Arts ou des Arts Décoratifs sous anonymat, des artistes reconnus ont soutenu le mouvement social en créant des affiches vendues en galeries au profit d’associations. Cette oeuvre d’Alexander Calder en fait partie et est estimée entre 500 et 1000 €.

Très complète, la collection de Laurent Storch retrace l’évènement historique du XXeme siècle, les revendications des étudiants et la soif de changement de toute une société.

Vente aux enchères le 13 mars chez Artcurial.

Catalogue de vente prochainement ICI

affiche 68

« ORTF à tous ». Alexander Calder. Estimation 500-1000€