Le 1er octobre dernier s’est ouvert à Paris le musée d’Art Urbain. Cet acte renforce la légitimité du Street Art dans sa quête de respectabilité, bien loin désormais de la discipline qui faisait polémique à ses débuts.

Le musée se trouve au 96 boulevard Bessières dans le 17ème, plus connu sous le nom de « Ecole 42 », là où est installé l’établissement d’études informatiques fondé par Xavier Niel. Dessins de rue et autres graffitis s’exposent désormais de manière permanente dans cet espace intitulé « Art 42 ». L’occasion pour nous de parcourir le chemin du Street Art, de la rue vers les salles des ventes.

Qu’est-ce que le Street Art ?

Commençons par définir ce mouvement, traduit parfois sous son expression francophone d’ « Art Urbain ». Il est aujourd’hui considéré comme un mouvement artistique à part entière. Contemporain, il regroupe plusieurs formes d’art réalisées dans la rue, ou dans des endroits publics. Le Street Art fait appel à des techniques variées comme le graffiti, les pochoirs, les stickers, la projection vidéo, le collage, l’affichage ou les installations.

Un virage pris par les maisons de vente : le Street-Art est devenu un département à part entière dans certaines études

Les célèbres maisons de vente parisiennes comme Tajan, Aguttes ou Cornette de Saint Cyr ont un département entier consacré au Street Art. Une preuve supplémentaire de la progression de cet art dans sa quête de respectabilité. Comme d’autres spécialités qui ont fait leurs preuves dans les enchères, le Street Art dispose aussi de ses propres ventes en ligne. Artprecium, société de ventes aux enchères publiques agréée, animée par une équipe de commissaires-priseurs, organise deux fois par an des ventes on line 100 % consacrées à l’Art Urbain.

Lors de la vente du 14 février dernier chez Artcurial, ce sont même 10 records du monde en Street Art qui ont été réalisés. Speedy Graphito a pulvérisé le sien, avec « Captain Spray » de 2010, adjugé à 37 700 €.

« Captain Spray », Speedy Graphito, 2010
copyright Artcurial 

La Maison de vente Leclere, dès 2008, a propulsé le Street Art comme un art à part entière en l’intégrant à ses ventes. Ce mode d’expression est devenu une spécialité de l’étude. Adrien Lacroix, responsable du département, nous explique organiser deux ventes publiques par an, en plus des ventes de gré à gré, exclusivement dédiées à ce médium. Le Street Art, en perpétuel mouvement, lui permet d’intégrer à ses ventes des artistes qui, pour certains, passent en vente publique pour la première fois. M. Lacroix nous confie que, lors de la vente de juin 2016,

«  j’ai mis en couverture de catalogue, non pas un top lot, mais un artiste que j’ai découvert ».

Estimée 4 000 / 6 000 € et adjugée 8 200 € marteau, cette composition du binôme allemand Taps & Moses était la première oeuvre de ces artistes présentée aux enchères.

« Ce fut donc une très belle surprise, qui a confirmé notre choix de la mettre en valeur en lui consacrant la couverture de catalogue de notre vente du 11 juin dernier. C’est d’ailleurs le cas pour chaque catalogue où nous mettons en couverture l’oeuvre d’un jeune artiste, la plupart du temps issu du Post-Graffiti, dont nous souhaitons faire découvrir le travail à nos collectionneurs. »

Moses & Taps, « Sans titre », 2015
Aérosol sur toile
140 x 140 cm
Courtesy Leclere Maison de Ventes – Paris / Marseille

Performances et graffitis en direct : la nouvelle signalisation pour l’organisation des ventes de Street Art 

Le dynamisme de l’art urbain et sa contemporanéité permettent aux ventes aux enchères organisées d’être pensé comme un véritable événement. En effet, performances, rencontres avec les artistes et signatures d’ouvrages complètent et pimentent souvent l’exposition qui précède la vacation.

Cet été, le Street Art a d’ailleurs envahi Drouot durant quelques jours. Le groupe d’artistes U.V. TPK a réalisé une performance en live sur une grande bâche, peignant une œuvre devant l’hôtel des ventes parisien. À cette occasion, l’étude Digard Auction avait organisé une séance de dédicaces de l’artiste de l’art urbain C215. Celle-ci s’est déroulée à Drouot le 27 juin en matinée, juste avant la vente. Forte de son expérience en art contemporain, Maître Marielle Digard a créé en 2012, au sein de sa structure, un département entièrement dédié à l’art contemporain urbain. Digard Auction détient aujourd’hui plusieurs records de ventes concernant les oeuvres de Banksy et Shepard Fairey. 

U.V. TPK : Live devant l’Hôtel Drouot le 27 juin 2016. Copyright Digard-Auction

Copyright Digard Auction
U.V. TPK : Live devant l’Hôtel Drouot le 27 juin 2016 Copyright Digard Auction

Philipp Hugues BONAN (1968)

« L’Atlas »
Tirage argentique signé en bas à droite, titré en bas à gauche, 13 exemplaires tous formats confondus.
Dim. : 49,5 x 47,5 cm
En vente le 24 octobre 2016 par l’étude Pescheteau Badin, Estimation : 400 / 600 €

Copyright Bruno Simon

Le 24 octobre prochain, l’étude Pescheteau-Badin organise la vente de la collection de Phillipp Hugues Bonan. Cet artiste, photographe et collectionneur va grandement participer à donner une résonance artistique à l’Art Urbain. En effet, spécialisé dans la photographie et plus particulièrement dans les portraits d’artistes, il rencontre des graffeurs dans les années 2000. Le dynamisme et la nouveauté qu’apportent ces artistes de rue vont d’emblée le séduire. Il entre en contact avec l’artiste L’Atlas qui a créé un endroit où résident une quarantaine d’artistes d’Art Urbain. Philipp Hugues Bonan commence alors une série de portraits de ces street-artistes. Dans sa quête de valorisation du Street Art, il réunit 44 artistes pour organiser une exposition à Bruxelles. On y retrouve les grands noms de l’Art Urbain : L’Atlas, Speedy Graphito, Ben, Jef Aérosol et des avant-gardistes comme le sont Jacques Villéglé et Jérôme Mesnager.

Le Street Art circule aussi dans les ventes classiques 

Sans y consacrer des ventes thématiques, d’autres études, comme Le Chesnay enchères, intègrent plusieurs œuvres de cet art urbain à leurs ventes d’Art Contemporain. Les tableaux modernes côtoient alors les techniques mixtes du Street Art. Monsieur Guinot, responsable des ventes, nous explique que, grâce à son large panel pécuniaire, en allant de 200 € à 20 000 €, les ventes de Street Art s’adressent à un large public. Les jeunes acheteurs, âgés d’une vingtaine d’années, peuvent y acquérir leur première oeuvre. Quant aux collectionneurs plus âgés, leur expérience leur permet de détecter, grâce à une connaissance des investissements, les tendances du marché de l’art. La maison de vente versaillaise a réalisé un joli record d’enchères en février dernier, pour une sculpture en résine et bombe aérosol  de Richard Orlinski et graffée par  Onemizer « Tigre », adjugée 28 750€, frais inclus.

 « Tigre » de Onemizer et Richard Orlinski – Copyright Alexis Guinot

Prochaines ventes :

– Dimanche 9 Octobre 2016 à 15h, « Street-Art & Graffiti » chez Blanc-manteaux Auction :

http://www.blancs-manteaux-auction.com/vente-aux-encheres-du-street-art–graffiti—octobre-2016_13.php?sid=134

– Mardi 11 Octobre à 14h30 chez Ader : « VINYLES & MEMORABILIA »

http://www.ader-paris.fr/html/index.jsp?id=28195&lng=fr&npp=10000 – Dimanche 16 Octobre 2016 chez Cannes Enchères, Vente d’art moderne et contemporain : http://www.cannes-encheres.com/calendrier.php?year=2016      

– Lundi 24 octobre à 14h à l’étude Pescheteau Badin : « Street Art – Art Contemporain. Collection Philipp Hugues Bonan »

http://www.pescheteau-badin.com/html/infos.jsp?id=78349&lng=fr  

– Mercredi 9 novembre : vente d’Art Urbain chez Tajan :

http://www.tajan.com/fr/asp_v2/schedule.asp?s_display_dept=++9+++++  

– 10 et 11 novembre : Bowie Collector chez Sotheby’s London : 

http://www.sothebys.com/en/news-video/slideshows/2016/a-glimpse-inside-david-bowies-private-collection.html  

– Samedi 12 novembre 2016 à 15h, Vente d’Art Urbain à l’étude Leclere :

http://leclere-mdv.com/html/infos.jsp?id=27907&lng=fr  

– Lundi 12 décembre à 20h à l’Hôtel des ventes de la vallée de Montmorency à Deuil la Barre : «  Vente street art & mobilier vintage » :

http://www.interencheres.com/fr/meubles-objets-art/mini-vente-street-art-mobilier-vintage-ie_v80909.html  

Jeudi 15 décembre à 19h30 : Vente au profit de Art for Autism – Art Contemporain et Art Urbain chez Artcurial : http://www.artcurial.com/fr/asp/sale_info.asp?sale_no=3067+++