On ne se lasse pas de ces histoires de chasse aux trésors. Aujourd’hui nous vous racontons celle de la redécouverte d’une pépite, dont la fin n’est pas encore écrite, mais qui fait déjà rêver. Un tableau inédit, un commissaire-priseur à l’oeil aguerri et un des plus sérieux experts, sont les personnages principaux de ce récit.

Une dame qui a un doute sur un tableau offert par sa grand-mère 

Octobre 2017 : une retraitée vendéenne contacte la maison de ventes Rouillac, qu’elle a « vu à la télé » afin de vendre un tableau qui lui a été offert par sa grand-mère dans les années 50. La dame l’avait déjà proposé à un antiquaire, qui n’avait pas donné suite, se justifiant en lui expliquant que les peintures religieuses avaient peu la côte en ce moment…

« Quand je suis arrivé chez elle, le tableau était accroché au mur du salon« , se souvient Aymeric Rouillac. Le commissaire-priseur a tout de suite été bouleversé par cette œuvre. Le thème d’abord, très surprenant : un enfant, d’une beauté rare qui médite face à des instruments de torture : croix, lance,  clous, colonne de la flagellation. Un paysage crépusculaire et un grand rideau violet accentuent le contraste de cette scène étrange. Puis, le traitement de l’enfant : un visage diaphane, encadré par des mèches blondes, des yeux bleus, une harmonie rendue possible par une virtuosité technique et exceptionnelle. Avec l’autorisation de la propriétaire, le commissaire-priseur tourangeau emporte le tableau pour l’étudier.

Tableau de Le Nain redecouverte un million aux encheres

Les Frères Le NAIN. L’enfant Jésus en adoration de la Croix. Sur sa toile d’origine 72 x 59 cm

« C’est un le Nain ! »

Maître Rouillac confie le tableau à Stéphane Pinta, expert en tableaux anciens au cabinet Turquin. Le verdict tombe : il s’agit d’un tableau des frères le Nain. « Nous avons fait deux analyses par radio et infrarouge. Tous les spécialistes des artistes sont unanimes ! C’est un Le Nain« , selon Stéphane Pinta.

Le commissaire-priseur Philippe Rouillac explique que la toile a été « confrontée un jour de fermeture du Louvre avec les quinze autres Le Nain (sur 75 connus dans le monde) exposés dans le musée. Non seulement, il n’y a pas l’ombre d’un doute mais c’est aussi l’un des plus beaux« .

Son visage méditatif, ses mèches blondes doucement agitées et ses yeux bleus chargés de mélancolie constituent une véritable signature des Le Nain : on les retrouve par exemple dans l’ange au centre de l’Adoration des bergers (Londres, National Gallery), dans ceux à gauche de la Naissance de la Vierge (Paris, cathédrale Notre-Dame) et le garçonnet à droite dans la Famille de Paysans de la National Gallery of Art de Washington, soit des tableaux datés par les historiens d’art du début des années 1640. Ainsi, il s’agit de l’enfant Jésus, âgé d’environ 7 ans, l’âge de raison, en adoration devant la croix, les bras croisés sur le cœur. À terre, le pichet avec lequel Ponce Pilate se lave les mains, l’échelle qui servira à la descente de la croix, la lanterne des soldats, qui s’éteindra au moment de la mort du Christ.

detail du tableau des frères Le Nain retrouvé

Le mystère des frères Le Nain

Chaque redécouverte d’un tableau des frères Le Nain est un événement : « Il est inconnu et inédit. Comme une grande partie de l’oeuvre des Le Nain. » précise l’expert Stephane Pinta.

La réapparition de ce tableau inédit, inconnu des spécialistes est un événement dans l’histoire de la peinture française du XVIIe siècle. Le thème, rarissime dans la peinture européenne, n’était pas signalé dans l’œuvre des Le Nain. L’enfant Jésus est agenouillé dans un paysage vespéral méditant devant les instruments de la passion. Ce tableau est une redécouverte majeure pour la connaissance de l’histoire de l’art du XVIIème et de l’histoire des frères le Nain.

Auquel des trois frères Le Nain rendre cette toile, peinte apparemment d’une seule venue et donc d’une seule main ? Cette question se pose pour chaque œuvre de Le Nain. Les oeuvres de Matthieu, Antoine et Louis Le Nain présentent la particularité de ne pas être signées, ou – quand elles le sont à partir de 1641 – de porter le seul nom de famille.

Le cabinet d’expertise Turquin a comparé cette toile à des tableaux dont l’attribution à Matthieu et à Louis a été tour à tour évoquée. Ils font presque tous partie d’un groupe que Jean-Pierre Cuzin et Pierre Rosenberg donnent à Matthieu Le Nain, le cadet des trois frères, avant 1648, c’est-à-dire avant la mort de deux aînées. Ce sont les années de ses chefs-d’œuvre lorsque l’émulation des deux autres Le Nain lui permet d’atteindre le niveau des plus grands peintres.

jesus Christ tableau Le Nain trésor redécouvert

Un tableau sur sa toile d’origine

Autre belle surprise et fait rare pour cette toile redécouverte : l’oeuvre a été conservée sur sa toile d’origine. Lorsqu’on la retourne, on peut apercevoir le fond rouge d’origine et caractéristique des créations des Frères le Nain.

À combien ce tableau sera-t-il vendu aux enchères ?

Le tableau sera vendu aux enchères par l’étude Rouillac le 10 juin au château d’Artigny (Indre-et-Loire)

Combien ? Les commissaires-priseurs parlent d’une mise à prix au minimum à un million d’euros. Avec ce type d’oeuvre exceptionnelle, les enchères pourraient grimper à des niveaux élevés.