« En un geste de bienvenue, Napoléon s’avance vers le visiteur profondément incliné. « Alors Biennais, cette couronne ? »

« La voici Sire. »

Entrouvant l’écrin qu’il vient de poser près de la fenêtre, sur la table de travail désertée par le secrétaire particulier, l’orfèvre offre respectueusement au souverain les fins lauriers d’or noués sur la nuque, à la romaine.

« Elle est belle, mais il faut l’essayer »

Biennais, reprend alors le joyau, le pose doucement sur le front de l’Empereur qui s’est avancé vers une glace.

« Belle…, mais lourde ! »

« C’est le poids des victoires, Sire…il faut beaucoup de feuilles pour les rappeler toutes. »

« Alors oublions-en quelques unes, car je ne saurais courber la tête sous leur faix. Au revoir Biennais vous avez crée une oeuvre qui restera. »

Une partie de la couronne de Napoléon aux enchères

L’image du sacre de Napoléon, coiffé de la couronne de lauriers d’or  est dans les esprits de chacun. C’est une partie de ce symbole de la puissance de l’Empereur qui sera vendue aux enchères par l’étude Osenat : une exceptionnelle feuille de laurier en or provenant de la couronne de Napoléon. Les représentations de la couronne sont nombreuses, on citera les tableaux d’Ingres, du Baron Gérard représentant Napoléon en tenue de Sacre, et bien évidemment, l’oeuvre monumentale de Jacques Louis David, conservée au Louvre.

Feuille ord couronne Napoléon sacre Osenat enchères Fontainebleau

Détail du tableau du sacre de Napoléon par Jacques Louis David

 

 

Une provenance inestimable

L’histoire de cette feuille d’or de la couronne de Napoléon Ier est contée par Jeanne Renée de Valroger (1901-1993), descendante de deux filles de Martin Guillaume Biennais, l’orfèvre de l’Empereur, qui cisela la couronne avant le Sacre.

« Sa Majesté m’a félicité, mais le poids des Lauriers l’incommode un peu, aurait dit Biennais (…) J’ai donc coupé six feuilles. Dieu m’a donné six filles. A chacune je remets une de ces feuilles, dans lesquelles j’ai mis beaucoup de moi-même, elles représentent un peu de l’Histoire de France ».

Retirée de la Couronne du Sacre par l’orfèvre  à la demande du futur Empereur, elle fut donc offerte à l’une des filles de Biennais puis conservée dans la descendance de l’orfèvre jusqu’à nos jours.

 

Exceptionnelle feuille de laurier provenant de la Couronne de Sacre de l’Empereur. Napoléon Ier (1804). […] 1804. 100 000 / 150 000 € Dans un écrin en maroquin rouge décoré au petit fer à l’or de frises de palmettes, entrelacs, étoiles et soleils. signé à l’or « biennais au singe violet rue s.honore n°511 ».

Feuille ord couronne Napoléon sacre Osenat enchères Fontainebleau

Il ne reste que deux feuilles de la couronne de l’Empereur connues au monde.

Aujourd’hui, il ne reste que deux feuilles de lauriers de la couronne de l’Empereur connues au monde. L’une, montée en tabatière et passée en vente aux enchères à Cannes dans les années 80 (Expert : Jean Claude Dey), avait atteint 80 000 francs sans les frais. Préemptée par les musées nationaux, elle a rejoint les collections du Musée national de Fontainebleau.

L’autre est celle qui sera proposée au plus offrant le 19 novembre prochain par la maison de ventes Osenat, à Fontainebleau également.

Une vente couronnée de succès ?

C’est sous le marteau de Maître Osenat que le chapeau de Napoléon Ier avait déjà été adjugé près de 2millions d’euros en 2014. Estimée 100 000 / 150 000 € et pesant 10 grammes, la vente de ce témoignage de l’Histoire de France sera-t-elle à son tour couronnée de succès ?

Feuille ord couronne Napoléon sacre Osenat enchères Fontainebleau

Napoléon par le Baron Gérard

VENTE  « L’Empire à Fontainebleau » le dimanche 19 Novembre 2017. Hôtel d’Albe, 9-11 rue Royale. 

77300 Fontainebleau.

EXPOSITIONS PUBLIQUES

Samedi 18 Novembre de 10h à 18h

Dimanche 19 Novembre de 10h à 12h

Image à la une : Exceptionnelle feuille de laurier provenant de la Couronne de Sacre de l’Empereur. Napoléon Ier (1804). En or, à bords mouvementés, et fines nervures ciselées. Long : 9,2 cm. Largeur maximale : 2,5 cm. Poids net : 10 gr. (Infimes pliures et traces d’usage)1804. 100 000 / 150 000 € Présentée dans un écrin en maroquin rouge décoré au petit fer à l’or de frises de palmettes, entrelacs, étoiles et soleils. Gainé de soie verte, il est signé à l’or « biennais au singe violet rue s.honore n°511 ». Platine, onglet et charnière en argent, avec sa clé en fer. Dim : 14 x 8 cm. B.E.