Marseille, ici Marseille… 54 minutes et 3 secondes, c’est la durée du voyage passionnant en compagnie de Romain Rudondy et Yonathan Chamla. Commissaires-priseurs associés à la tête de la nouvelle étude Maison R&C qui se développe sur l’axe Marseille-Paris, les deux jeunes hommes se sont rencontrés en travaillant ensemble dans une étude Marseillaise. Un duo plutôt complémentaire, car c’est Yonathan qui est spécialiste de l’art ancien (moyen âge, XVIII ème, peinture, sculpture, objets d’art), Romain quant à lui est plus spécialisé dans la fin du XIXème / Début du XX ème (Arts décoratifs, peinture, sculpture, tableaux…).

« Travailler sur les idées des autres devient frustrant. On a envie de prendre son envol »

L’idée de prendre son envol a d’abord muri chacun de son coté, sans s’en parler l’un l’autre, puis « on s’est rendu compte que chacun avait la même idée. Lorsqu’on est commissaire-priseur et qu’on a l’habitude de monter les ventes, être salarié et travailler sur les idées des autres devient frustrant. On a envie de prendre son envol » nous explique Romain Rudondy sur ses motivations à ouvrir sa propre étude.

Ces commissaires-priseurs, de moins de 35 ans, connaissent déjà bien l’orientation qu’ils veulent donner à leur travail.  « On s’appuie sur ce que l’on sait faire » nous explique Yonathan d’un ton convaincu, lui qui était sceptique sur le pris parti de ne pas faire de vente courantes, qui sont toujours un moyen sur d’attirer de nouveaux clients. Mais finalement, la maison R&C a trouvé la solution en s’associant avec un confrère marseillais qui organise de son coté une vente courante hebdomadaire. Notre duo peut ainsi s’atteler à son objectif :  « on veut faire des ventes spécialisées et cataloguées et dans un futur proche, des ventes par période au sein même des spécialités. » et propose un service de qualité au client, vendeur ou acheteur qu’ils souhaitent « choyer et mettre au centre de l’attention ».

Maison de ventes R&C enchères Marseille

En se concentrant sur les choses qu’aiment et que savent faire ces commissaires-priseurs, ils donnent d’emblée un caractère philanthrope à cette nouvelle étude.

La maison de ventes R&C a déjà sélectionné le panel d’experts qui collaborera avec eux. Ce sont soit des experts de la région, soit parisiens, avec « un petit faible pour mettre en valeur une jeune génération » , comme lorsqu’ils choisissent de s’entourer de Joséphine Marcilhac ou Paul-Louis Flandrin. Thierry Roche, grand expert lyonnais, mais aussi des incontournables parisiens comme le cabinet Turquin pour les dessins anciens sont aussi sollicités.

Déjà cinq ventes annoncées entre Paris et Marseille 

C’est dans le quartier Perier, au centre de Marseille, que se trouve la maison R&C. Les ventes marseillaises auront lieu dans l’emblématique palais des arts de la ville.

Maison de ventes aux enchères Marseille R&C

En fonction d’un interêt commercial et logistique, les ventes emprunteront l’axe Marseille-Paris et seront dispatchées entre les deux villes.

Par exemple deux premières ventes de tableaux et objets d’art sont prévues à Marseille, tandis que des spécialités moins volumineuses comme les bijoux, l’horlogerie, la verrerie, la mode et le vintage seront organisées à Paris. Le calendrier des ventes d’automne de l’étude est déjà affiché. 2 premières ventes à Marseille : le 16 novembre, vente de mobilier, objets d’art, art d’Asie et le 18 novembre : vente de tableaux. Le 28 novembre verre et céramiques seront proposés aux enchères à Paris, le 29 novembre vente d’horlogerie et vintage dans la capitale, et le 1er décembre vente parisienne de bijoux et argenterie.

À Paris, les expositions et les ventes se tiendront au 20 rue Drouot, dans le quartier historique des enchères mais dans une salle indépendante de l’hôtel Drouot. Quand on leur demande qui tiendra le marteau pour chacune des ventes, le duo affiche une fois encore sa complémentarité : « On ne va pas se cantonner à ce que l’on préfère, on travaille en parfaite harmonie ».

Picasso dans les premières vacations

La communication de l’étude passera par de traditionnels catalogues papier, mais aussi via les réseaux sociaux, une communication digitale primordiale à leurs yeux. « On veut communiquer sur nos ventes pour que ce soit les lots qui soient le centre de l’attention » précise Maître Chamla. Quand on se promène sur leur compte facebook et instagram, s’offrent à nous les premiers top lots des ventes automnales. Ainsi, Romain Rudondy et Yonathan Chamla sont heureux de dévoiler pour la vente de bijoux du 1er décembre la mise aux enchères de 15 médailles de Picasso en or. Elles ont été réalisées avec la contribution de Pierre Hugo, de la famille de l’écrivain. Il y a eu 24 séries de 20 exemplaires. La série qui sera vendue par la maison R&C est l’un des deux exemplaires d’artiste existant, avec 15 pièces sur les 20 de cette série. Chacune des médailles sera vendue séparément, avec une reprise d’enchères à la fin et une estimation de 130 000 / 150 000 € pour l’ensemble.

Monnaie Picasso enchères maison R&C Marseille
Monnaie Picasso enchères Marseille Maison de ventes R&C

Pablo PICASSO. un ensemble de 15 médailles estimées à 130 000 / 150 000 €.

Un très beau tableau du XVII ème siècle, signé de Sébastien BOURDON (1616-1671) « Le sacrifice de la fille de Jephté » et estimé 80 000 / 120 000 € a également trouvé sa place dans ces premières vacations de qualité de l’automne.

Enchères Marseilles Maison de ventes R&C tableau
Sébastien BOURDON (1616-1671) Le sacrifice de la fille de Jephté.  Toile. 132 x 119 cm. 80 000 / 120 000 €

Travail et plaisir, la recette de la maison R&C

Épicuriens jusque dans leur travail, les jeunes commissaires-priseurs insistent sur la notion de plaisir dans leur travail. « C’est un métier passion dans lequel il faut s’amuser ». Et c’est, toujours avec le sourire et sa voix chantante que Romain Rudondy nous raconte lors d’un inventaire chez un particulier, une maison dans laquelle il n’y avait aucun objet de valeur, au moment de prendre congé, notre commissaire-priseur, qui adore les chiens, caresse l’animal du propriétaire. « Et là mon regard s’est arrêté sur sa gamelle, qui s’est finalement révélée être une pièce en céramique de Jouve, vendue par la suite aux enchères aux alentours de 20 000 € ».« On est nés pour faire ça » conclut Yonathan Chamla.