Le calendrier des ventes de ce début d’automne est riche en lots Hermès. Ce programme d’envergure s’inscrit dans un contexte dynamique qui voit la mode occuper une place croissante dans les salles des ventes.  Aux vues des résultats d’adjudications, certaines pièces, devenues aujourd’hui iconiques, atteignent parfois des records. Suivez le fil pour comprendre le défilé des enchères chez Hermès !

Des adjudications sur mesure pour les carrés Hermès

Le 29 novembre aura lieu à Reims, à l’étude Guizzetti-Collet, une vente de mode vintage comprenant 120 pièces Hermès dont de nombreux foulards. Ces derniers ont été mis de côté depuis le printemps afin d’organiser cette vente thématique.

Le carré de soie est un élément emblématique de la maison Hermès.

Tout juste un siècle après la création de la société, est réalisé en 1937 le premier carré avec le nom de « Jeu des omnibus et Dames blanches », inspiré d’une sorte de jeu de l’Oie. Depuis un demi-siècle, le fil de soie (450 km pour un carré) est tissé sur les métiers de la maison Perrin & Fils en région lyonnaise. Il faut entre 400 et 600 heures aux graveurs pour reproduire un motif composé de trente couleurs. Il faut aussi effectuer le roulottage à la main -l’ourlet signature d’Hermès- les bords du carré sont cousus avec un fil de même couleur, après avoir été délicatement roulés.

À l’origine, les illustrations étaient proches du monde équestre et de la chasse, pour évoluer ensuite vers les animaux, les arts, l’épopée napoléonienne, ou l’automobile, thèmes revenant régulièrement dans les collections. Il y a eu ensuite le sport avec par exemple une édition pour les Jeux olympiques d’été de 1984.

 

Aujourd’hui, Hermès édite environ 15 modèles par an. Le tirage est gardé secret. Une cinquantaine de dessinateurs collaborent avec la maison qui fait régulièrement appel à des jeunes talents.

Les modèles anciens sont les plus recherchés, car tirés en séries limitées et non rééditées. Certains carrés sont également créés pour des occasions très particulières. Par exemple, la famille de Monaco a commandé en édition très limitée un foulard avec des panthères, nommé «Jungle Love Ithemba» et offert en 2011 aux personnalités invitées au mariage d’Albert et Charlene. Dans la vente rémoise de l’étude Guizzetti-Collet, le lot 6 est par exemple un exemplaire rare, car ce carré en soie « Feu d’artifice » a été imprimé à l’occasion du cent cinquantenaire de la Maison Hermès (1837 – 1987).

Les connaisseurs accordent également une attention particulière à trouver des exemplaires en parfait état. « Dernièrement le modèle «Coqs de Bruyère» dessiné par Xavier de Poiret, a été adjugé 3 800 €. Certaines éditions rares ont atteint 6 000 € » précise Geneviève Fontan, auteur de « Carrés d’art », un ouvrage répertoriant les modèles des foulards Hermès de 1937 à 2014.

Tout l’univers de la prestigieuse maison Hermès : prêt-à-porter, textile, bijoux et art de vivre aux enchères chez Artcurial

Le département Hermès Vintage et Fashion Arts chez Artcurial organise 4 ventes par an consacrées uniquement à Hermès vintage : 2 à Paris et 2 à Monaco. L’une d’elles a lieu début novembre à l’hôtel des ventes parisien et sera composée de 400 lots retraçant l’univers de la prestigieuse maison Hermès : soie, prêt-à-porter, textile, maroquinerie, bijoux et art de vivre.

A contrario, les ventes organisées à Monaco sont uniquement composées de sacs premium. L’ambiance et les acheteurs sont un peu différents entre ces 2 lieux de vente. En effet, la directrice du département, Pénélope Blanckaert, nous précise que les acheteurs étrangers sont un peu plus présents aux ventes monégasques, notamment les clients asiatiques.

Les ventes parisiennes, pour leur part, attirent un juste mélange entre le public présent en salle et les enchérisseurs par téléphone et sur le live.

hermes-bracelet-chaine-dancre-geant-artcurialLa signature Hermès est un gage de qualité dans sa production. Ainsi, dans ces ventes multi-composites, l’ensemble des éléments signés Hermès, aussi variés soient-ils, se vendent bien. Dans les ventes d’Artcurial, nous retrouvons le mythique carré Hermès, « mais uniquement anciens » nous précise Mme Blanckaert. Les intemporels en matière de bijoux, tels que les  modèles « chaîne d’encre » comme ce bracelet en argent (lot 298),

hermes-paul-dupre-lafon-lampe-cuir-artcurialLe petit mobilier créé en association avec Paul Dupré-Lafon, comme cette lampe lot 346. L’art de la table de la maison Hermès est aussi recherché et se vend bien. « Hermès a arrêté de produire certaines séries » nous explique Pénélope Blanckaert. C’est le cas du service « Toucan » dont on retrouve quelques pièces dans cette vente.

Des enchères cousues d’or pour la maroquinerie Hermès

Concernant la maroquinerie de luxe de la maison Hermès, on a récemment assisté à des records de vente pour des modèles Kelly et Birkin, comme un sac Hermès Kelly dédicacé par Stéphanie Grimaldi et vendu 73 700 € par Artcurial en 2014.

Le sac « Birkin » a été créé en 1984. À l’origine une histoire pour le moins étonnante. Jane Birkin s’est retrouvée dans l’avion à côté du Président d’Hermès : Jean Louis Dumas. Toute jeune mère, elle lui confie qu’elle n’arrive pas à dénicher un sac qui serait à la fois pratique et élégant pour mettre les affaires du bébé et les siennes. C’est alors que Jean Louis Dumas lui lance un défi de taille : dessiner le sac dont elle rêve. C’est ainsi que né le sac désormais iconique : Birkin. Un modèle haut à courroies de 1984 est présent dans la vente du 8 novembre (lot 123) et estimé entre 3 000 et 5 000 €.

Un autre grand must-have de la maison Hermès est présent dans cette vente :  le modèle « Kelly ». Créé en 1936, la maison souhaitait un « sac à courroies pour les femmes, simple et pratique pour voyager« . Comme son nom l’indique, c’est la princesse Grace Kelly de Monaco qui l’a rendue célèbre en l’arborant à la descente d’un avion. La photo a fait le tour du monde, rendant le fameux sac à courroies intemporel. Un beau modèle en crocodile sera présenté dans la prochaine vente Artcurial (lot 173), estimé 5 000 / 8 000 €.

La directrice du département Hermès Vintage d’Artcurial nous explique que le montant d’adjudication de ces sacs n’atteint pas systématiquement celui d’un sac neuf, mais que c’est parfois le cas. L’engouement envers ces modèles de second marché s’explique aussi par le fait qu’ « il y a des listes d’attente de 6 mois à 2 ans pour certaines créations de sacs en peau précieuse ». La vente aux enchères permet alors de répondre à une demande d’immédiateté de la part de certaines clientes fortunées et impatientes, en plus de répondre aux collectionneurs amoureux des pièces rares.

Au-delà des clients particuliers, les maisons de luxe elles-mêmes sont prêtes à mettre le prix fort pour étoffer leurs archives, mais aussi les musées qui peuvent user de leur droit de préemption.

Les pièces Hermès scintillent aussi sous les marteaux de Drouot

On compte également des ventes de mode vintage très régulièrement à Drouot, quasiment une cinquantaine par an. Dans chacune d’elles se nichent un ou plusieurs lots de la maison Hermès. « En cinq ans, en France, le nombre de ventes a doublé et le phénomène est le même à l’international » observe Antoine Saulnier, commissaire-priseur chez Gros & Delettrez.

L’étude Gros et Delettrez organise entre 7 et 10 ventes par un an environ dédiées à la mode et au vintage, en collaboration avec le cabinet d’expertise Chombert et Sternbach. La prochaine vente aura lieu le 4 novembre avec une centaine de lots de la maison Hermès sur les 400 que compte la vente.

Parmi toutes ces pièces élégantes, on trouve 2 modèles « signature » de la maison Hermès : la montre « Heure H » (lot 143) et la montre « Arceau » (lot 222). « Ces deux montres sont dans un excellent état de conservation et sont des modèles intemporels » nous précise Maître Antoine Saulnier.

Il faut attendre 1920 pour qu’Hermès s’oriente vers le secteur de l’horlogerie. C’est précisément en 1928 qu’Hermès débute la commercialisation de ses pièces d’horlogerie. L’année 1978 marque un tournant important, car c’est à cette période que l’entreprise crée la société « La Montre Hermès SA » chargée de produire et de commercialiser l’ensemble des collections de la marque. On voit alors apparaître des modèles phares comme la montre « Arceau » qui rappelle la forme de l’étrier et le modèle « Heure H » qui épouse la forme de la lettre H en référence à Hermès.

Prochaines ventes : 

-Le 29 octobre à Reims par l’étude Guizzetti et Collet :

http://www.interencheres.com/fr/meubles-objets-art/vente-hermes-argenterie-seaux-a-biscuits-ie_v82623.html

-Le 4 novembre par l’étude  Gros et Delettrez :

http://www.gros-delettrez.com/html/infos.jsp?id=77483&lng=fr

-le 5 novembre chez Art Valorem :

http://www.artvalorem.fr/ventes_avenir.php?page=lots&vente_id=117

-Le 8 novembre chez Artcurial, « Hermès Vintage » :

http://www.artcurial.com/fr/asp/searchresults.asp?pg=1&ps=18&st=D&sale_no=3042+++

-Le 22 novembre à l’Hôtel des ventes de la Vallée de Montmorency :

http://www.interencheres.com/fr/meubles-objets-art/vintage-collection-automne-hiver-ie_v80905.html