Botticelli… Un nom qui sonne si doux aux oreilles des amateurs d’art ancien et qui saura sans nul doute éveiller l’intérêt des collectionneurs de la Renaissance italienne. Breaking news : la maison de ventes Audap & Mirabaud propose au plus offrant le 29 novembre un chef-d’œuvre du Quattrocento : une Vierge à la Grenade peinte sur panneau par Sandro Botticelli (1445- 1510) et son atelier.

Une variante du célébrissime tableau de Botticelli aux enchères

La Madone à la Grenade, célèbre Tondo datant de 1487 et signé par Sandro Botticelli, est conservé à la Galerie des Offices de Florence.

Cette œuvre de la maturité du peintre italien répond à une commande de la magistrature florentine des Massai di Camera pour orner leur salle des audiences au Palazzo Vecchio. L’artiste est alors à l’apogée de sa carrière et réalise un chef-d’œuvre. Exposé dans ce lieu public, il en découle des répliques plus petites. Elles sont commandées par des particuliers à Botticelli et destinées à la dévotion

Le Tondo

Le tondo est une œuvre sculptée en faible relief ou peinte, réalisée sur un support de format rond ou à l’intérieur d’un disque. Le terme provient de l’italien, du mot rotondo (rond).

Trois seulement sont connues aujourd’hui, l’une d’elles est d’ailleurs conservée à la  la Pinacothèque de Berlin.

Une autre de ces trois «Vierge à la Grenade» sera proposée aux enchères à Drouot par l’étude Audap Mirabeau.

Madone à la Grenade Botticelli enchères Drouot

Sandro BOTTICELLI, La Madone à la Grenade, circa 1487. Musée des Of ces de Florence.

Pourquoi appelle-t-on ce tableau « Vierge à la Grenade » ?

Dans ce tableau, la grenade que Marie tient à la main et que l’Enfant Jésus goûte, symbolise la fertilité et la noblesse, et la couleur rouge du fruit fait écho au sang de la Passion du Christ.

L’oeuvre est-elle réellement de Botticelli ?

Sans savoir quelle est la part du maître et quelle est celle de son atelier dans cette œuvre, la maison de ventes la présente comme « une Vierge à la Grenade peinte sur panneau par Sandro Botticelli (1445- 1510) et son atelier. »

La physionomie de l’Enfant Jésus est typique du style de Botticelli, utilisant des formes arrondies et une expression de légère mélancolie. La figure de Marie est quant à elle allongée. À noter dans ce tableau également les rehauts d’or et le décor minutieux imaginé pour l’arrière-plan. Dans d’autres tableaux attestés du Maître de la Renaissance, il apporte un soin extrême pour rendre les plis des vêtements très réguliers et la transparence des voiles, des caractéristiques que l’on retrouve aussi dans ce chef-d’oeuvre du Quattrocento.

Madone à la Grenade enchères Botticelli

BOTTICELLI Sandro (1445-1510) et son atelier « La Vierge à la Grenade, rehauts d’or ». Panneau de peuplier, un planche, non parqueté, cintré dans la partie supérieure. 90,5 x 59 cm. Estimation 500 000 / 600 000€

Une pièce qui a appartenu aux plus grandes collections

Depuis le XIXe siècle, « la Vierge à la Grenade » proposée prochainement aux enchères, a d’abord appartenu à deux prestigieuses collections constituées par des hommes passionnés par la Renaissance.

D’abord, Frederick Richards Leyland, artiste britannique et grand amateur d’art, acquit le panneau à la fin du siècle, pensant qu’il avait été réalisé par Fra Filippo Lippi, Maître de Botticelli. Par la suite, l’œuvre rejoint  la collection d’Edouard Aynard, président de la commission d’acquisition des musées de la ville de Lyon, donateur au musée des Beaux-Arts de la même ville et l’un des fondateurs du musée historique des tissus de l’ancienne capitale des Gaules.

Le panneau est exposé au public pour la dernière fois en 1913, lors de la dispersion de la collection Edouard Aynard. Il est alors acquis par le grand-père de l’actuel propriétaire de l’œuvre.

Expert : Cabinet Éric Turquin 

Vente aux enchères publique – Hôtel Drouot – Salle 1 

Mercredi 29 novembre – 14 h 

Exposition publique – Hôtel Drouot – Salle 1 

Mardi 28 novembre – 11h / 18h Mercredi 29 novembre – 11h / 12h